L'Actualité en Temps Réel

CARDIFF: le siamoises Ndèye et Marème apprennent à marcher

Bonne nouvelle! Les siamoises Ndeye et Marème viennent de franchir une nouvelle étape de leur vie, elles sont inscrites désormais dans une école préscolaire  à Cardiff et apprennent à marcher.

 

Les deux filles dont,  les médecins n’avaient plus d’espoirs continuent de surprendre les blouses blanches britanniques les plus expérimentées. Ces dernières ont franchi une nouvelle étape de leur vie en apprenant ce que ça fait de se tenir debout.

 

« Un cadre spécial leur donne l’expérience d’être  debout, aidant à renforcer leurs jambes  » , a déclarer la phytothérapeute Sara Wade West avant de souligner  que  » c’est une sensation vraiment différente quand on est habitué à être assis, être debout peut être effrayant ».

 

Cependant, l’une des siamoises, Ndeye n’était pas du tout épanouie, lit on à travers la source. « Nous essayons d’introduire la thérapie autour de la pièce, en les encourageant à cherche des jouets pour les faire travailler un peu plus dur , mais si elles savent  que c’est une thérapie, ce n’est pas si amusant « , renseigne la blouse blanche .

« En raison de leur fonction cardiaque , nous ne pouvons pas trop les pousser, c’est donc trouver cet équilibre, les inciter à devenir plus fortes mais pas les épuiser », précise telle .

 

 » Elles montrent quelles ne veulent pas seulement vivre , mais être actives et jouer leur rôle dans la société « , affirme leur papa, Ibrahima Ndiaye .  » Toutes ces réalisation apportent de la lumière et des espoirs pour l’avenir . mais je sais a quel point leur vie est fragile, complexe et imprévisible » , a t’il souligner.

 

C’est ce qui explique cette égalité de l’espoir et de crainte qu’il a envers ses filles car celles-ci s’étaient si souvent rapprochées du pire. « Mais le moins que je puisse faire pour les filles est de garder mes espoirs pour elles. », a déclaré M. Ndiaye. Qui poursuit: « le mieux que je puisse faire, c’est d’être à leurs côtés et de vivre à l’intérieur de cet espoir et de ne jamais permettre à quoi que ce soit de les en sortir. Ce sont mes guerrières. Elles ont prouvé qu’elles ne se rendront jamais sans se battre. Ce n’est pas encore fini », conclut –il.

 

Mame Marie Thiam (stagiaire)-Senegal7