Casamance : 118 localités visées par des opérations de déminage

Selon le Centre national d’action antimines au Sénégal, plus d’1,3 million m2 ont été déminés en Casamance sur un objectif de 3,6 millions m2. Il faut aller vite pour finir le travail et limiter les victimes, car déjà 672 personnes ont été tuées par ces engins explosifs.

L’Armée a pris les différents bastions rebelles. Pour Barkham Thiam, Directeur général du Centre national d’action antimines au Sénégal (Cnams), l’ambition est aussi de nettoyer 118 localités supposées infestées de mines d’ici 2026.

 Barkham Thiam pour qui la situation évolue d’ailleurs favorablement avec des équipes déjà sur place et l’arrivée d’une autre compagnie venue renforcer l’action de Handicap international (Hi), qui est sur le terrain depuis longtemps.

«Le Covid-19 a un peu freiné l’évolution des choses mais sur les 3,2 millions m2 qui restaient, nous en sommes à 1,9 million m2 déjà réalisés, ce qui fait qu’il reste 1,2 million m2 à déminer ; et avec les nouvelles découvertes enregistrées récemment, il reste au total 1,6 million m2 à faire», reconnaît le patron du Cnams.

 Et à croire M. Thiam, sur les trois régions méridionales du pays, c’est Sédhiou, avec le département de Goudomp, qui reste à dépolluer. «Et à cela s’ajoutent, dit-il, les trois départements de la région de Ziguinchor, où sont répartis les 1,6 million m2 à déminer et qui polarisent en tout 118 localités.»
Par contre, il y a des contraintes auxquelles le Cnams fait face dans le cadre du déminage.

«Elles se situent à deux niveaux : il y a d’abord l’accès aux zones suspectées contaminées par mines et ce, avec des parties prenantes au conflit qui ne sont pas toujours favorables à la présence d’équipes du Cnams sur le terrain. Mais par le biais du dialogue, il nous arrive d’évoluer sur le terrain», note-t-il. Il y a ensuite les soucis financiers, qui peuvent ralentir les opérations de déminage.

«Le budget est très élevé, avec le déminage qui coûte très cher. Toutefois, l’Etat est entrain de fournir de gros efforts, nonobstant la contribution des partenaires techniques et financiers qui ont aussi leur rôle à jouer, en appoint à l’effort budgétaire national», enchaîne M. Thiam.(…).

Assane SEYE-Senegal7