L'Actualité en Temps Réel

Casamance : Pourquoi le déminage des mines anti-personnel s’est arrêté !

C’est aux environs de 14heures 30 minutes après la prière d’hier vendredi qu’une charrette qui transportait des fidèles a sauté sur une mine anti-char dans le village de Kandiadiou situé dans la commune de Oulampane.

Ces fidèles avaient quitté le quartier Salabéno pour aller prier le vendredi à Kafinké un autre village de Kandiadiou. Le bilan est lourd : 6 morts et 5 blessés dont deux graves.En effet cette tragédie repose la problématique des mines anti-personnel qui prolifèrent toujours en Casamance.

En 2013 , des démineurs de la Casamance avaient été enlevés par des hommes armés. Les otages avaient été libérés au bout de 79 jours. Le mardi 14 mai 2019 également, le déminage enclenché par l’ONG Humanité et Inclusion, le nouveau nom de Handicap International, opérateur historique en Casamance s’est arrêté après l’enlèvement de cinq démineurs.

La perspective d’une reprise des activités restait ainsi incertaine. Les équipes devraient également faire face aux réticences d’une partie des habitants sur le terrain. Tous ces facteurs bloquants avaient concouru à l’arrêt définitif du déminage en Casamance.

Si aujourd’hui  une mine anti-personnel tue encore 6 personnes au village de Kandiadiou, cela voudrait dire que l’Etat du Sénégal devrait prendre à bras-le-corps  cette insécurité criarde surtout que plusieurs habitants qui avaient fui les rebelles sont aujourd’hui de retour dans leurs fiefs du sud du pays.Et  le Sénégal a ratifié la Convention sur l’interdiction de l’emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction (Convention d’Ottawa), le 23 septembre 1998.

Assane SEYE-Senegal7