Accueil Actualités Chef de l’opposition : Macky renvoie dos à dos le Pds et...

Chef de l’opposition : Macky renvoie dos à dos le Pds et Rewmi

Wade Idy

C’est une simple déduction de commentateurs qui veut que le candidat arrivé second soit automatiquement le chef de l’opposition. De l’autre côté, même avec la suppression du poste de Premier ministre-régime présidentiel-, le chef de l’opposition doit de facto revenir au parti de l’opposition qui a plus de députés à l’hémicycle. Donc, au Pds, qui tient le seul Groupe parlementaire de l’opposition. Ainsi, en mettant au goût du jour cette question du chef de l’opposition, le chef de l’Etat, Macky Sall met dos à dos, le Pds et son rival, le parti Rewmi d’Idrissa Seck.

Le jeu de Macky pour diviser Wade et Idy

Le débat sur le statut de chef de l’opposition divise l’opposition qui a déjà du mal à exister face au pouvoir de Macky Sall. La preuve : certains responsables du Parti démocratique sénégalais (Pds) n’hésitent plus à s’en prendre à Idrissa Seck qui semble être le «préféré» du pouvoir pour occuper le fauteuil de patron de l’opposition.

Ce qui montre qu’entre le Pds et le parti Rewmi, ça n’a jamais été le grand amour. Seulement, le chef de l’Etat ne veut pas que son opposition soit forte. Ce, au risque de l’écraser aux prochaines joutes électorales. Cependant, force est de reconnaitre que le débat agité depuis quelques jours du statut du chef de l’opposition a fini de réveiller les vieux démons. Ainsi, certains responsables libéraux n’hésitent plus à s’attaquer à Idrissa Seck. Ils soupçonnent l’ancien maire de Thiès d’avoir trouvé un «deal» avec le pouvoir du Président Macky Sall. Une «entente» qui ferait d’Idrissa Seck le chef de l’opposition contre son silence sur certaines questions comme les présumés scandales du gaz et du pétrole.

Selon le camp présidentiel, «nous sommes dans un régime présidentiel et Idrissa Seck est arrivé deuxième lors de la dernière présidentielle donc de facto, le poste de chef de l’opposition lui revient de facto.

Cet argumentaire met dans tous ses états le député libéral Toussaint Manga. Le patron des jeunesses travaillistes et libérales s’est même attaqué à Idrissa Seck. A l’en croire : «Idrissa Seck n’ose pas incarner le chef de l’opposition devant le Pds».

La réplique du camp d’Idrissa Seck n’a pas tardé. «Le Pds ne devrait en vouloir qu’à lui-même. Toussaint Manga devrait juste savoir que son parti est doublement exclu des choix», soutient Babacar Mar, chargé de la communication digitale au parti Rewmi.

A l’en croire : «primo, parce qu’ils ont été déroutés par le parrainage. Secundo, ils ne prennent pas part au dialogue. Et de facto, ils devraient laisser les concernés se prononcer».

Cette brouille ne fait que l’affaire de Macky Sall qui rit sous cape. Car, les bisbilles entre le Pds et le parti Rewmi va sans nul doute déteindre dans la bonne cohésion de l’opposition.

Ambigüité…

Les candidats malheureux face à Macky Sall lors de la présidentielle du 24 février 2019 pèchent peut-être par l’ambigüité de leur stratégie. En décidant de ne pas introduire un recours en contestation du scrutin devant le Conseil constitutionnel, ils valident la victoire écrasante du président sortant en acceptant la décision de Macky Sall de choisir le chef de l’opposition. Ainsi, la nouvelle bataille semble se résoudre à une question: qui sera le chef de file de l’opposition?

Si Idrissa Seck accepte le poste de chef de l’opposition, il se contradit lui-même. Car, comment ne pas reconnaitre Macky Sall comme président et accepter sa décision de lui faire le patron de l’opposition.

Un véritable paradoxe qui fera d‘Idrissa Seck s’il venait à accepter la décision du chef de l’Etat, la cible de l’opposition radicale, notamment le parti Pastef et le Pds.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici