Accueil Actualités CHRONIQUE DE DEMBA : La politique, c’est pour les citoyens ordinaires

CHRONIQUE DE DEMBA : La politique, c’est pour les citoyens ordinaires

Bien sûr les chefs religieux ont le droit de se mêler à la chose politique. C’est un devoir même, si l’on prend en compte exclusivement la définition de politique qui n’est rien d’autre que la gestion de la cité.

Mais, sous nos cieux, plus qu’ailleurs, le terrain politique est glissant. Il nécessite bien des précautions et une préparation certaine pour y entrer et circuler convenablement. Beaucoup de coups bas et autant de coups tordus. C’est pourquoi elle est l’affaire des citoyens ordinaires, pour reprendre l’expression de Macky Sall qui qualifiait ainsi les marabouts.

Les différents « Ndigueul » et autres consignes de vote n’ont pas été sans conséquences sur une société sénégalaise très attachée à ses confréries mais aussi jalouse de sa liberté.

Si la prédiction du Khalife général des Tidianes fait polémique, c’est parce qu’elle sème un certain malaise entre citoyens aux convictions politiques différentes et pourrait fausser le jeu démocratique. Dans la mesure où le vainqueur est connu d’avance. Même si l’histoire politique sénégalaise est parsemée de prédictions qui, à l’arrivée, ne se sont pas réalisées.

Senegal7