Accueil Actualités Climat : les États-Unis de Joe Biden reviennent dans le jeu

Climat : les États-Unis de Joe Biden reviennent dans le jeu

Joe Biden veut placer la lutte contre le réchauffement climatique au cœur de sa politique nationale et internationale. Il a signé ce 27 janvier trois décrets qui visent à s’attaquer à ce qu’il qualifie de « menace existentielle ». Il a notamment décrété un moratoire sur les forages d’hydrocarbures sur les terres fédérales, encouragés par son prédécesseur. Il a aussi ordonné à son administration de supprimer les subventions fédérales à l’industrie fossile et à investir dans l’économie verte. Son objectif est d’atteindre la neutralité carbone dans la production d’énergie d’ici 2035,relate RFI.

« Comme face au Covid-19, nous avons désespérément besoin d’une réponse nationale unie à la crise climatique, car il existe bien une crise climatique, martèle Joe Biden. Nous ne pouvons plus attendre. »

Le président américain tient à se démarquer de son prédécesseur, il veut s’appuyer sur la science. Et il s’emploie à calmer les inquiétudes de la classe ouvrière : « Vous savez, on peut mettre des millions d’Américains au travail en modernisant notre système de distribution d’eau, de transports, nos infrastructures énergétiques.

Quand je pense au changement climatique et à ses réponses, je pense emplois. Construire une infrastructure moderne, résiliente, et un avenir avec une énergie propre va créer des millions d’emplois bien rétribués. »

Joe Biden entend aussi fédérer les autres pays dans ce combat contre le réchauffement climatique : « Nous devons guider la réponse mondiale. Parce qu’aucun défi ne peut être relevé par les seuls États-Unis.

Nous savons ce qu’il faut faire, il faut simplement le faire. » Le président a annoncé la tenue d’un sommet sur le climat pour le 22 avril prochain, jour du cinquième anniversaire de l’accord de Paris, que les États-Unis viennent de réintégrer.

« Tout l’enjeu pour Joe Biden, c’est de montrer que le retour des États-Unis s’accompagnent d’un plan climat ambitieux, crédible, solide et de profiter de l’énergie multilatérale que ça va créer pour entraîner d’autres pays dans leur sillage – le Japon, le Canada, l’Australie, qui auraient besoin d’être sacrément poussés – et ainsi accélérer l’action.

De là à ce que les États-Unis soient perçus comme un leader, je pense qu’on a un peu de marge », tempère David Levaï, chercheur à l’Institut de développement durable et de relations internationales (Iddri).

Assane SEYE-Senegal7

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici