Colombie – Le chef de la guérilla des Farc arrêté à Quito Simon Trinidad

0

La capture sans précédent de l’un de ses chefs et idéologues, Simon Trinidad, arrêté à Quito puis transféré à Bogota samedi, a porté un coup majeur aux Farc, la plus vieille guérilla d’Amérique du Sud.

Ricardo Palmera, 53 ans, alias Simon Trinidad au sein des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), a été appréhendé vendredi soir alors qu’il se trouvait, seul, dans l’avenue Amazonas, centre touristique de la capitale équatorienne, sans aucune pièce d’identité, a annoncé la police de Quito. C’est la première fois qu’un dirigeant des Farc est capturé. Il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international pour terrorisme, prise d’otages, trafic de drogue et rébellion, à l’image d’autre chefs de cette guérilla, la principale du pays andin avec 17 000 hommes. Les États-Unis ont apporté un « appui vital » à cette arrestation, a déclaré le ministre colombien de la Défense, Jorge Alberto Uribe, sans préciser quel type d’aide. Il s’agirait d’un soutien de « services d’espionnage », selon une source autorisée. « Vivent les Farc, vive Simon Bolivar ! » s’est écrié Simon Trinidad avant de monter dans un hélicoptère militaire, à l’aéroport de Quito, pour être acheminé jusqu’à la frontière, puis remis aux autorités colombiennes, et enfin transféré à Bogota. Réputé pour son intransigeance, Simon Trinidad a adopté pour son pseudonyme le prénom de Simon Bolivar, le « Libertador » libérateur de l’Amérique latine au XIXe siècle et fondateur de la Grande Colombie. Par ailleurs, la libération d’Ingrid Betancourt et d’autres otages en Colombie avait été confiée par les Farc, en cas d’accord avec le pouvoir, à Simon Trinidad désigné le 28 avril par la direction de la guérilla comme l’un de ses négociateurs pour un éventuel échange de ses otages contre ses militants emprisonnés. Parmi les otages politiques des Farc figure la Franco-colombienne Ingrid Betancourt, enlevée le 23 février 2002 alors qu’elle était candidate écologiste à la présidentielle en Colombie. La capture de Simon Trinidad, loin de signifier une interruption définitive de tout contact entre Bogota et les Farc, pourrait amener les rebelles à reconsidérer à moyen terme leur politique de jusqu’au-boutisme face à un président résolu à les neutraliser. Mais, à court terme, une nouvelle escalade de violence, dont les Farc sont coutumières pour faire monter la pression, n’est pas non plus à exclure, afin de démontrer au pays la permanence de la force rebelle malgré la capture de Simon Trinidad. Dans le meilleur des cas, un recul des Farc pourrait les conduire à accepter les conditions du pouvoir pour relâcher ses otages, et se plier aux objurgations de la communauté internationale, l’Onu à sa tête.

Assane SEYE-Senegal7

Leave a comment