Combats citoyens : Comment Macky a réussi à confiner l’opposition chez Famara !

0

Le chef de l’Etat, Macky Sall a réussi son pari. Celui de faire taire l’opposition. Aujourd’hui, hormis Ousmane Sonko, les autres membres de l’opposition qui ne cessait de critiquer la gestion de Macky Sall sont restés aphones. C’est le cas de Mamadou Diop Decroix, Idrissa Seck, Dethié Fall pour ne citer que ceux-là.

Comme en atteste la hausse du prix de l’électricité. Même si l’opposition qui prend part au dialogue national a eu à dénoncer la hausse, elle ne l’a pas manifesté au même titre que «Noo Lank» qui, aujourd’hui, au Sénégal, porte la parole des populations face à la démission des politiques. Car, le chef de l’Etat, Macky Sall redoute que cette opposition et les mouvements citoyens ne prennent le dessus. C’est en ce sens, qu’il a réussi par le truchement du dialogue national à faire en sorte que le parti Rewmi, Mamadou Diop Decroix d’Aj et tant d’autres partis politiques qui ont eu leurs cartons d’invitation à participer au dialogue national, a renoncer au combat citoyens.

Ce qui n’est pas sans conséquences. Car, depuis un certain moment au Sénégal, les mouvements citoyens, les activistes ont pris le dessus sur les politiques. Ils ont pris en charge le combat des sans voix, contre un pouvoir accusé de se soucier que de sa propre survie.

D’autre part, on accuse le chef de l’Etat, à travers ce dialogue de fermer la bouche de l’opposition qui y prend part par des espèces sonnantes et trébuchantes. C’est-à-dire des perdieums qui y sont distribués. Car, par ce procédé, les participants n’oseront plus crier au scandale, parce qu’ils ont désormais les mains liées et comptables devant l’histoire de tout ce que le dialogue accouchera.

Le dialogue national vers l’impasse…

Les soucis du régime en place à vouloir prendre le dessus sur tout risquent de faire capoter le dialogue national. D’ailleurs, même au sein de ceux qui participent à ce dialogue, des voix s’élèvent de plus en plus pour fustiger le comportement de la mouvance présidentielle, c’est-à-dire, des proches de Macky Sall.

Car, depuis le démarrage de ces assises, rien de concret n’est mis sur la table de façon consensuelle. Les questions relatives à l’amnistie de Karim Wade et de Khalifa Sall qui semblent de plus intéresser l’opposition, la société civile et les non-alignés, sont reléguées au second plan. Les proches de Macky Sall, chef de l’Etat, ne veulent pas aborder ces sujets.

Après la fin de non-recevoir à propos de la requête portant amnistie de Khalifa Sall et Karim Wade, les discussions au sein de la Commission politique du Dialogue national ont accouché d’un profond désaccord entre la mouvance présidentielle et l’opposition.

Les parties ont campé sur leurs positions, notamment sur l’article 80 et le cumul des mandats (chef de parti politique et président de la République). Face à ce dialogue de sourds, il a été convenu de s’en référer à Macky Sall pour arbitrage.
senegal7

Leave a comment