Accueil Actualités Commandant Malick Tall : « Air Sénégal Sa va droit vers le...

Commandant Malick Tall : « Air Sénégal Sa va droit vers le mur »

Commandant Malick Tall : « Air Sénégal Sa va droit vers le mur »
Ancien pilote en chef à Air Afrique et ex Directeur des opérations d’Air Sénégal international (Asi), le Commandant Malick Tall n’est pas du tout séduit pas la manière dont Air Sénégal Sa est managé. Pour lui, la compagnie nationale va droit vers le mur.
“Moi j’ai travaillé sur l’étude de faisabilité d’Air Sénégal Sa avec un des plus grands cabinets mondiaux dans le domaine. Mais entre ce qu’on prévoyait et ce qui se réalise, il y a une marge”, a-t-il déclaré sur les ondes de iradio.Invité du “Jury du dimanche”, M. Tall, regrette que cette étude ait été écartée. Il explique que ce document prévoyait l’achat de deux Atr72, deux A319 en leasing, un Airbus 330Co200. Ce, dans le capital de 40 milliards de francs Cfa de la jeune compagnie. Pour lui, l’Airbus 330Co200, “économiquement, permettait de faire des profits”, là où le A330 néo, acquis par Air Sénégal Sa, ferait difficilement du profit. « On voulait faire de cette compagnie une compagnie prestigieuse, dotée d’outils de travail performants. Mais, ils ont été chercher des avions qui ont 15 ans d’âge, dans des conditions qui ne sont pas du tout transparentes. Ces avions là, à mon avis, travaillent aujourd’hui à perte”, a déclaré le pilote.Quant aux ressources débloquées pour acquérir ces avions, M. Tall souligne: “Aujourd’hui le Sénégal a déboursé 82 milliards pour la location de la A330 néo. 22 milliards sous forme d’avance et 60 milliards décaissés le 8 mars dernier. Rwandair a pris deux A330 néo louées à une compagnie américaine. Elle a sorti 1,5 milliards de francs Cfa pour que l’avion soit à disposition. Nous on a déboursé 82 milliards”, regrette-t-il.Et aujourd’hui, alors que la nouvelle compagnie n’en est qu’à ses balbutiements, le pilote se montre très pessimiste: “Une compagnie pour qu’elle soit pérenne, il faut une gestion orthodoxe, des choix éclairés et une vision claire. Mais là ce n’est pas le cas. (…) Est ce que les autorités savent exactement ce qui est en train de se passer? Est ce qu’elles ont les tenants et les aboutissants? On a essayé de les alerter, on a essayé de discuter avec eux. Mais pour l’instant, ce que nous constatons, c’est que là on va droit vers le mur.”
Assane SEYE-Senegal7