Commission de la carte de presse installée : L’heure de l’assainissement de la presse a sonné

0

Depuis plusieurs années, la presse Sénégalaise est critiquée sous toutes ses formes à telle enseigne que le travail des journalistes était jugé peu crédible. Même certains professionnels de l’information et de la communication ne veulent plus revendiquer leur statut de journaliste. Le milieu étant infesté par des gens venus l’on ne sait d’où, de maitres chanteurs et autres chasseurs de primes se disant journalistes. Certains font quotidiennement le tour des hôtels de Dakar à la recherche de perdiems. L’assainissement du secteur se révèle donc comme une impérieuse nécessité. Il y va de l’intérêt des professionnels du secteur et les citoyens qui vont aussi bénéficier des informations justes et vraies bref un travail de qualité. C’est dans ce sillage que le ministre de la culture et de la communication a procédé ce lundi 27janvier 2020 à la maison de la presse à l’installation des membres de la commission de la carte nationale de la presse
Selon Abdoulaye Diop « La carte nationale de presse, était attendue car, contrairement au code, seuls les détenteurs de cette carte peuvent désormais se prévaloir de la qualité de journaliste ou de technicien des médias », a indiqué le ministre, avant de poursuivre la nouvelle carte sera exigée pour prouver votre qualité de journaliste ou de technicien des médias à l’occasion des établissements de tout acte administratif. « Elle sera aussi demandée si le journaliste peut bénéficier des dispositions prises par les autorités étatiques en faveur de la presse. Conformément au code, la carte professionnelle donne également à son titulaire un accès libre à tous les lieux et espaces d’évènements ou de manifestations publiques où il est censé effectuer son travail de journaliste ou de technicien », a ajouté le ministre.
Le président de la Commission, Daouda Mine a soutenu que la prochaine étape, c’est de se regrouper pour valider le règlement intérieur. D’autant que c’est le règlement intérieur qui leur permettra de travailler. « Il faut comprendre que notre travail est encadré par le code de la presse. Les dispositions du code de la presse sont claires. Ce sont ces dispositions qui nous disent ce que nous devons et ce que nous ne devons pas faire », explique-t-il. Avant de prendre l’engagement de jouer pleinement la mission qui lui est confiée. « Nous sommes engagés à appliquer la loi dans toute sa rigueur », rassure, Daouda Mine.

Diaraf Diouf Sénégal7

 

Leave a comment