Raabi  header

Complot ourdi contre Sonko : « Macky Sall et son gouvernement cherchent une porte de sortie honorable  » (Mamadou Bamba Ndaw)

Sur la base de purs mensonges, le complot ourdi contre Ousmane Sonko a coûté la vie à plus 14 sénégalais et a occasionné beaucoup de blessures et des dégâts matériels incalculables. Même si l’État du Sénégal n’a pas été l’initiateur du complot, il a été le responsable de tous les évènements et la violence qui s’en sont ensuivis et qui ont failli mettre notre cher pays dans le chaos.

À défaut d’emprisonner Ousmane Sonko, Macky Sall et son gouvernement se lancent dans un procès moral pour salir sa réputation mais aussi pour sacrifier certains parmi les initiateurs du complot afin de sauver leur peau. Sinon comment comprendriez-vous qu’Ousmane Sonko, le principal concerné, n’ait pas été jusqu’ici auditionné ? Faire fuiter les audios de Mamour Diallo, convoquer maintenant le gynécologue (qui a effectué correctement son travail) pour incriminer Me Pape Samba So, exposer les mensonges de Adji Sarr, ne sont-ils pas une manière pour l’État de trouver des coupables et de s’en laver les mains ?

Cela pourra-t-il occulter le procès-verbal de l’enquête falsifiée, la levée illégale de l’immunité parlementaire du président Ousmane Sonko, l’interdiction du gouverneur de Dakar à Ousmane Sonko d’emprunter l’itinéraire de son choix pour répondre à sa convocation au tribunal ? Le président Macky Sall serait derrière ce complot et tirerait les ficelles sinon, le dossier serait classé sans suite depuis le début car, sur la base des faits, aucune poursuite ne pourrait se faire dans un pays normal contre le président Sonko.
Revenons aux faits !

Le 3 février 2021, une fille au nom de Adji Sarr a déposé une plainte pour viol contre le député Ousmane Sonko, le principal opposant du pouvoir. Née en 2000 pour certains ou encore 1983 (ce n’était pas un lapsus !) selon sa soi-disant tante lors de sa récente audition, Adji Sarr est une menteuse pathologique. À en croire ses deux récentes patronnes, non seulement la fille a l’habitude de mentir mais aussi elle passe son temps à fouiller dans les téléphones des gens pour leur voler des informations.

Dans un pays sérieux, des accusations venant d’une telle personne mériteraient une attention particulière et une enquête sérieuse avant d’entreprendre une quelconque action surtout à l’encontre d’une personnalité qui est l’actuel chef de l’opposition. Et pourtant, malgré la légèreté et le surréalisme des accusations de la fille qui disait qu’on l’avait violée quatre fois avec deux pistolets en main et le certificat médical qui disculpe l’accusé, Macky Sall et son gouvernement ont voulu profiter de cette occasion pour se débarrasser définitivement d’un adversaire encombrant et qui est leur principal obstacle pour un troisième mandat. Ils se sont précipités pour convoquer l’honorable député Ousmane Sonko afin de lever illégalement son immunité parlementaire.

Le peuple sénégalais, conscient du complot, a servi de bouclier au président Ousmane Sonko pour empêcher les comploteurs de réussir leur mission de l’emprisonner. De toute évidence, le dossier de viol devrait être classé sans suite depuis le début de l’affaire et que les comploteurs soient traduits en justice.
Mais aujourd’hui, on regrette de constater que la plupart des médias sénégalais dont les patrons sont amis avec le président de la République Macky Sall ou des membres de son gouvernement se transforment en organes de propagande et passent tout leur temps à épiloguer sur le sujet du viol pour ternir la réputation du président Ousmane Sonko. Ces organes de presse bénéficieraient des offres publicitaires de l’État, des paiements des salaires de leurs employés et empocheraient une bonne partie de l’aide à la presse. A l’exception du groupe Walf et du Sud Quotidien et des journalistes comme Momar Diongue, Pape Alé Niang, Serigne Saliou Gueye et Babacar Touré pour ne citer que ceux-là, le journalisme au Sénégal traverse ses plus sombres moments.

Somme toute, ne soyons pas naïfs ! Même si on nous expose les audios de Mamour Diallo, les mensonges de Adji Sarr, la complicité de son père, la culpabilité de Me Pape Samba So, ils ne doivent pas tomber seuls. Le principal responsable de cette situation est Macky Sall car, il incarne l’État du Sénégal dans toutes ses sphères. La tuerie des 14 personnes à cause de ce complot pourrait être évitée par ce qu’il est l’homme le plus renseigné et connaissait le dossier depuis les premiers jours. Son intervention aurait suffi pour arrêter cette tragédie. C’est lui qui est le garant de notre intégrité physique.

Son obstination à vouloir briguer un troisième ou à conserver le pouvoir le pousse à faire recours à des techniques dilatoires visant à salir la réputation de son adversaire en l’occurrence le président Ousmane Sonko et finalement nous dire qu’il ne s’était pas mêlé de ce complot. Nous refuserons de gober ça ! L’État du Sénégal a perdu la face dans cette affaire et ça, c’est pour de bon.

Dans la vie, y’en a qui ont choisi la bassesse et nous avons choisi de prendre de la hauteur. Donc restons concentrés car, le cap ce sont les législatives. Votez tous Yewwi Askan Wi, pour repenser notre société sénégalaise déchirée par une récurrence de discours ethniques et de calomnies alimentées par un régime en perte de vitesse et qui sapent notre cohésion nationale.

Nous voulons un Sénégal où ses fils sans exception, s’affronteront dans des débats d’idées qui s’articuleront autour des thèmes comme le sens de l’amitié, la confidentialité, le professionnalisme, le conflit d’intérêt, l’éthique l’excellence, le respect, le développement, l’inflation, la corruption, la santé, la condition des femmes et des enfants, etc. Nous sommes nostalgiques du Sénégal où les gens se faisaient confiance, où il n’y’a pas d’audios ni d’enregistrements, ce Sénégal où la parole donnée et l’honneur ont été des valeurs cardinales. Appropriez-vous de la coalition Yewwi Askan Wi et d’en faire votre patrimoine !

Mamadou Bamba Ndaw