Concert de sifflets : BBY se laisse-t-elle remorquer par Sonko ?

Le leader de l’opposition, Ousmane Sonko hante le sommeil de la coalition au pouvoir à savoir Benno Bokk Yaakaar (BBY), selon bien des sénégalais. La stratégie de la réponse du berger à la bergère a fini de montrer les limites de ladite coalition perdue par les sorties virulentes de celui qui est aujourd’hui écouté par, quasiment toute la jeunesse sénégalaise et africaine. A la limite, Sonko ravit la vedette au Président Macky Sall, car il devient au gré des circonstances, le maître du jeu politique.


En conférence de presse lundi, les leaders de la coalition Yewwi Askan Wi (YAW) ont exigé la libération des « détenus politiques », tels que Déthié Fall, mandataire national de YAW, Mame Diarra Fam et le maire de Guediawaye, Ahmeth Aidara. Prenant la parole, Ousmane Sonko a donné un mot d’ordre en guise de contestation contre la mal gouvernance du pouvoir de Macky Sall, le recul démocratique et la vie chère sous nos cieux. Rendez-vous est donc donné mercredi prochain à 20h pour un concert de casseroles.


La réplique – comme d’habitude – de la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY) n’a pas tardé. En effet, le ministre en charge du suivi du Plan Sénégal émergent (PSE), Abdou Karim Fofana suite à la demande formulée, ce lundi 20 juin, par le leader du Pastef/Les patriotes aux Sénégalais qui sont contre la gestion du régime de Macky, d’observer un concert de casseroles, s’est fait le point d’honneur d’appeler ses partisans de s’employer au concert de sifflets. Et ce, à la même heure édictée par Sonko. D’aucuns estiment qu’il s’agit d’une contre-attaque du régime du « Macky », mais à y voir de près, cette démarche spontanée de BBY ne suit-elle pas par ricochet le mot d’ordre de Sonko ?

En tout cas, l’histoire très récente de la politique sénégalaise minée notamment par une violence verbale dégradante et des attaques à la vie privée entretenues, même par des ministres de la République, montre que l’APR et ses alliés ont rarement adopté une attitude proactive. Et à défaut d’arguments bétons, susceptibles de convaincre les Sénégalais, ils optent le plus souvent pour la médisance, si ce n’est une affaire de rebelle ou alors rabâcher l’affaire Adji Sarr.


De facto, il est incontestablement prouvé qu’Ousmane Sonko mène le jeu politique au Sénégal. Ainsi, le leader de Pastef et sa coalition YAW constate avec amertume le recul démocratique matérialisé par les multiples violations des droits que la Constitution confère au citoyen, notamment le droit de marche, la liberté de culte et celle d’aller et de venir. Sachant pourtant, que ces violations qui leur sont reprochées sont avérées, les leaders de la coalition dirigeante rabaissent le débat en lieu et place d’un rétablissement de l’état de droit.

Les atteintes à la vie privée de leaders de l’opposition témoignent de la déroute d’un régime qui est face à un peuple plus apte à exiger le respect des droits et libertés dans un contexte où la mal gouvernance a atteint son paroxysme. Et la légitimité d’un pouvoir finissant est assimilable à un « vieil boubou » qui ne vous va plus. Si vous forcez à le mettre ,il finit par se déchirer de toutes parts. Par analogie, la légalité peut certes aider un pouvoir chancelant à forcer le barrage mais l’absence de légitimité finit par l’anéantir. Et ce descriptif semble coller à l’adversité politique qui règne présentement dans notre pays sous la gouvernance controversée du Président Macky Sall.

A.K.C – Senegal7