Accueil Actualités Condamnation de Karim : L’Onu peut-elle opposer un véto au régime...

Condamnation de Karim : L’Onu peut-elle opposer un véto au régime de Macky ?

Le comité des droits de l’homme de l’Organisation des Nations Unies (Onu) est un organe consultatif dont la vocation est d’émettre des avis sur les questions procédurales des droits civils et politiques exercés par  les Etats  parties. Pour ce faire avec l’affaire Karim Wade, sera-elle à mesure d’opposer un véto au pouvoir de Macky en ce qui concerne la condamnation de Karim Wade ?

C’est un secret de polichinelle que de dire que le Sénégal est membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies. Mais la question à se poser aujourd’hui est de savoir si la vocation du comité des droits de l’homme de l’Onu est de contraindre à un état tiers d’abandonner des poursuites à l’égard d’un de ces citoyens, présumé indexer, dans l’enrichissement illicite comme c’est le cas de Karim Wade ? La question est d’autant plus cruciale qu’il urge de l’évacuer si tenté est que chaque état procède d’une souveraineté nationale qui lui est redevable. Si le pouvoir de Macky refuse d’obtempérer, ce comité des droits de l’homme a-t-il les moyens de contraindre le sénégal à abandonner  ses décisions de justice ? En tous les cas, Le Comité des droits de l’homme est un organe composé d’experts indépendants qui surveille la mise en œuvre du Pacte international relatif aux droits civils et politiques par les Etats parties. Tous les États parties sont tenus de présenter au Comité, à intervalles réguliers, des rapports sur la mise en œuvre des droits consacrés par le Pacte. Ils doivent présenter un premier rapport un an après avoir adhéré au Pacte, puis à chaque fois que le Comité le leur demande (généralement tous les quatre ans). Le Comité examine chaque rapport et fait part de ses préoccupations et de ses recommandations à l’État partie sous la forme d’  » observations finales « .Or, le Sénégal  est présent à ce comité des droits de l’homme depuis 1970 sous le règne de Diouf. Aujourd’hui même si par ailleurs Karim est privé de ses droits civils et politiques, il reste certain que le sénégal en, tirera toutes les conséquences diplomatiques. Reste à savoir si le pouvoir de Macky va restituer au fils de Wade ses « droits » pour sa participation à la prochaine présidentielle. Et ce, en attendant que les six mois impartis à l’Etat du sénégal par l’Onu ne soit exécuté pour la révision des éléments de preuve de la condamnation de Karim Wade.

Assane SEYE-Senegal7

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici