Raabi  header

Conseil constitutionnel : Bougane attaque la liste de Benno et l’arrêté du ministre de l’intérieur

L’on assiste présentement à un vrai bras de fer  entre  la majorité présidentielle et la grande coalition Geum Sa Bopp  en prélude  aux élections  Législatives 2022.  La Coalition  Gueum Sa Bopp dépose deux recours devant le Conseil constitutionnel. Ce, pour attaquer la liste Benno susceptible d’invalidité et l’arrêté du ministre de l’intérieur qui ne saurait se prévaloir devant les lois de la charte fondamentale.

Le bras-de-fer entre la coalition Benno Bokk Yakaar (Bby) et la grnade coalition Geum Sa Bopp bien avant les Législatives 2022 est dans sa phase active. En effet, comme promis lors de sa conférence de presse, dirigée par Bougane Guèye Dany, la Grande Coalition  Gueum Sa Bopp a déposé deux recours au bureau du Conseil Constitutionnel.

Oui, pour joindre l’acte à la parole, deux recours ont été déposés devant  le Conseil constitutionnel par la Grande Coalition  Gueum Sa Bopp. Le premier est contre l’invalidation de sa liste de parrains, mais plus osé est celui qui vise l’irrecevabilité de la liste de BBY pour dépassement du nombre de parrains lors du dépôt des listes. Le dépôt de ces recours a été acté  hier mercredi à 15h30 par le mandataire National de la Coalition Gueum Sa Bopp ,Mr Alioune Diop.

Comme démontrés face à la presse pour prendre l’opinion nationale et internationale à témoin, avec ses 154 pièces invalidées sur des prétextes démentis par les faits,  mais aussi ses 36 000 parrains déclarés non électeurs, alors qu’ils font partie de ceux qui ont donné à leur Coalition cette troisième force  du podium politique, les partisans de Bougane Guèye Dany se demandent à quand la fin de cette mascarade ?

Privés de leur droit, avec une violation flagrante exhibée par leur leader, pourquoi personne ne réagit ? Oui, cette léthargie des mouvements de la Société civile face aux enjeux politiques de l’heure, inquiète. Car comme l’a souligne Bakary Domingo Mané dans un entretien avec « Sud quotidien », ces mouvements de la Société civile se sont proposés pour rôle de contrer les « excès » des régimes en place et de défendre les droits des citoyens, à équidistance des camps politiques. Mais rien…

D’où cette révolte qui grogne du côté du camp de la Coalition avec ces questions : Cette manigance continuera –t-elle jusqu’en 2024 pour laisser Macky et sa dynastie devenir la famille royale du Sénégal ?

Pourquoi avoir été déterminé et ferme devant la volonté de Wade et être mou devant un homme devenu dictateur, alors qu’il a avoué qu’il ne s’attendait pas à devenir sitôt un président ?

 L’opposition aussi est-elle devenue « Le lion qui dort » dont se glorifiait ce locataire du Palais? La Grande Coalition  Gueum Sa Bopp promet d’apporter sa réponse.

Assane SEYE-Senegal7