Accueil Actualités Contestations électorales sans recours est ce remettre en cause la légitimité du...

Contestations électorales sans recours est ce remettre en cause la légitimité du président.

Pour la première fois dans l’histoire politique du Sénégal nous assistons à des contestations électorales sans recours auprès de l’autorité compétente. S’agirait-il juste de stratégies politiques de la part de l’opposition ou plutôt une façon de remettre en cause la légitimité du Président de la république nouvellement élu ?
Rappelons un fait: le pouvoir est la faculté et la possibilité dont un ou plusieurs individus ou groupes d’individus disposent pour appliquer, faire accepter, faire exécuter ou imposer par la force des décisions d’ordre physique, moral, intellectuel ou psychologique, à un ou plusieurs individus ou groupes d’individus.
Il faut le reconnaitre depuis 2000, le peuple sénégalais aspire à un changement de paradigme. Cependant 19 ans après, ce vœu pieux des citoyens n’est toujours pas réalisé à travers une volonté politique par les tenants du pouvoir. Pourtant les offres politiques de ce changement ne manquent pas si nous parcourons les différents programmes proposés par les différents partis politiques significatifs du Sénégal.
Depuis 7 ans le régime en place n’a jamais fait montre d’une volonté de dialogue politique et sociale sincère pour aboutir à des consensus forts pour la marche de la démocratie et du développement du pays. La principale remarque faite au chef de l’Etat depuis qu’il est au pouvoir c’est qu’il impose sa politique (une dictature camouflée par une fausse démocratie) au détriment d’une démocratie participative. Le pouvoir trop personnel est illégitime, le président qui « agit seul », sans la participation des habitants, reflète (« un dictateur », « un féodal »)
« Le plus fort n’est jamais assez fort pour être toujours le maître s’il ne transforme sa force en droit et l’obéissance en devoir » disait Rousseau (contrat social).
Autrement dit, les notions de représentation et de représentativité, dans leur sens commun, servent souvent de justification ou de contestation pour la légitimité d’un pouvoir. Aujourd’hui on pourrait se demander si le peuple est prêt pour le changement ? Le peuple impuissant cautionne-t-il en silence un forcing qui ne dit pas son nom ? En effet, nous notons qu’officieusement 2.554 605 citoyens ont décidé pour 14.000 000 de Sénégalais.
La théorie marxiste de l’Etat et du pouvoir politique repose sur la conception d’une société divisée en classes antagonistes aux intérêts inconciliables. Une de ces classes domine, exploite les autres et fait valoir, dans une forme politique, les intérêts des individus qui la composent. Afin de mieux réaliser ses intérêts de classe, la classe dominante les fait passer pour des intérêts collectifs universels, en se donnant un pouvoir légitime « comme représentant la société toute entière ». Se faisant alors passer pour celui qui met en œuvre « l’intérêt général », le pouvoir politique pourra refréner les intérêts particuliers des classes dominées (tyrannie de la majorité) Cette machine d’Etat, faussement légitime, doit être brisée et détruite, comme un parasite. En effet la justification de la légitimité peut être définie par le suffrage universel mais ne se limite pas à cela , car les phénomènes de légitimité dépassent largement les procédés électoraux qui ne sont qu’un moment du processus de sélection politique : les racines socio-culturelles de la légitimité sous-tendent aussi le rituel électoral, post électoral et ses fluctuations ; l’extension progressive du suffrage (à diverses catégories sociales et à une cartographie reflétant un vote affectif de régions ou confrérique avec leur propre exigence spécifique) suggère d’ailleurs l’importance croissante de la représentativité sociologique comme source de légitimité. En république, seule la souveraineté populaire est légitime, c’est pourquoi, puis qu’aucun homme n’a une autorité naturelle sur son semblable, et puisque la force ne produit aucun droit, restent donc les conventions pour servir de base de toute autorité légitime parmi les hommes. Par conséquent, la source de légitimité d’un gouvernement est donc dans le peuple, et non dans le pouvoir lui-même ou sa perpétuation par le rituel électoral uniquement qui ne constitue qu’un élément de la démocratie.

IBRAHIMA KA SENEGAL7