Accueil Actualités Coronavirus en France: les établissements scolaires fermés, les municipales maintenues

Coronavirus en France: les établissements scolaires fermés, les municipales maintenues

A child reads informations on the COVID-19 spread caused by the coronavirus displayed on the gate of his closed school in Jacou, near Montpellier, southwestern France on march 12, 2020. - The World Health Organization sounded a global alarm bell on March 11, 2020, officially classifying as a pandemic the virus that has infected more than 126,000 people and killed 4,600, according to Johns Hopkins University. (Photo by Pascal GUYOT / AFP)

Le président français Emmanuel Macron s’est exprimé ce jeudi soir à la télévision pour tenter de rassurer les Français et annoncer de nouvelles mesures pour freiner l’épidémie de coronavirus sur le territoire.

Dans une allocution aux Français, ce jeudi soir 12 mars, Emmanuel Macron a annoncé de nouvelles mesures pour « freiner » l’avancée de l’épidémie de coronavirus et « protéger » les personnes les plus fragiles

La plus importante d’entre elles est l’annonce de la fermeture des crèches, des établissements scolaires et des universités à partir de lundi 16 mars, et ce « jusqu’à nouvel ordre ».

Le président français a également demandé « à toutes les personnes de plus de 70 ans, ceux qui souffrent de maladies chroniques, de handicap, de rester chez elles. »

Concernant les élections municipales, dont la tenue semblait compromise, le chef de l’État a déclaré que « rien ne [s’opposait] à ce que les Français, même les plus vulnérables, se rendent aux urnes ». Le premier tour du scrutin aura donc bien lieu ce dimanche. Une décision prise, selon Emmanuel Macron, à la suite d’une réunion avec plusieurs spécialistes au palais de l’Élysée.

« Plus grave crise sanitaire » en un siècle

Le président a fait part, dès le début de son intervention, de ses « pensées » à l’endroit des personnes touchées par le coronavirus et a exprimé « la reconnaissance de la nation pour les personnes en blouse blanche », le personnel médical mobilisé depuis le début de la crise et qui a pu en « limiter » l’ampleur.
Pour Emmanuel Macron, cette épidémie « qui affecte tous les continents et frappe tous les pays européens » est « la plus grave crise sanitaire qu’ait connue la France depuis un siècle ».

Le chef de l’État se dit prêt à envisager des fermetures de frontières, mais celles-ci devront être décidées « à l’échelle européenne ». Le président veut « éviter le repli nationaliste » face à un virus qui lui « n’a pas de frontières ».

Pour l’heure, les Français doivent limiter leurs déplacements « au strict nécessaire » et privilégier le télétravail.

Mesures économiques

Sur le plan économique, Emmanuel Macron a demandé au gouvernement « de préparer un plan de relance national et européen », invitant les Vingt-Sept à « réagir vite et fort ».

Il a aussi annoncé des mesures « exceptionnelles et massives » de chômage partiel. « L’État prendra en charge l’indemnisation des salariés contraints à rester chez eux. […] Je veux que nous puissions protéger aussi nos indépendants, et donc nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour donner cette garantie sur le plan économique. »

2876 cas et 61 décès

Mercredi soir, Jérôme Salomon, le directeur général de la Santé, avait prévenu que le virus circulait « de plus en plus activement dans des territoires de plus en plus nombreux ».

Le dernier comptage fait état de 2876 cas et de 61 décès en France. Dans le monde, à ce jour, plus de 130 000 personnes ont été contaminées, selon un décompte de l’Agence France-Presse.

L’urgence sanitaire se double d’une alerte économique : les Bourses ont connu ce jeudi une débâcle historique. Celle de Paris a connu la plus forte chute de son histoire, clôturant à -12,3%. Milan, de son côté, a accusé un repli de 16,9% au terme de la pire séance depuis la création de l’indice vedette FTSE Mib en 1998.

 

Senegal7 avec Rfi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici