L'Actualité en Temps Réel

Coronavirus : en Allemagne, l’épidémie fait peu de victimes

0

Si le pays est confronté comme ailleurs à une croissance exponentielle du nombre de personnes infectées, celui des morts reste étonnamment bas comparé à celui de pays voisins. Comment s’explique ce « modèle allemand » ?
« Si nous avons aussi peu de décès par rapport au nombre de personnes infectées, c’est aussi parce que nous effectuons de nombreux tests, un demi-million par semaine. » La déclaration du virologue le plus en pointe en Allemagne, Christian Drosten, ce jeudi, a frappé les esprits. son pays est sans doute celui qui teste le plus dans le monde Ailleurs, les chiffres sont sensiblement plus modestes ; les personnes diagnostiquées ont souvent des symptômes sérieux ou nécessitent déjà une hospitalisation, rapporte RFI.
Une prise de conscience précoce et des tests nombreux
Le nombre de ces tests a augmenté ces dernières semaines grâce à un réseau de laboratoires important. Dès le mois de janvier, l’hôpital de la Charité à Berlin, où travaille Christian Drosten, avait informé ses homologues sur la façon de produire les tests permettant de déceler le nouveau virus. Leur utilisation à grande échelle explique pour partie le taux de mortalité bien plus faible en Allemagne qu’ailleurs. Vendredi, plus de 40 000 cas étaient recensés ; 253 morts étaient à déplorer. En testant sur une plus grande échelle, également des personnes qui n’ont que des symptômes minimes ou ne font pas partie des groupes à risque, l’Allemagne dispose d’un taux de mortalité très bas d’environ 0,5% contre près de 10 fois plus en France. En Italie, ce taux est d’environ 10%. La moitié des personnes testées en Allemagne seulement souffrent de toux, un symptôme typique du Covid-19 ; quatre sur 10 ont de la fièvre. L’Allemagne n’effectue par ailleurs pas de tests post mortem, qui aggravent le taux de mortalité.
Assane SEYE- Senegal7

laissez un commentaire