Accueil Actualités Coronavirus: le monde face à la pandémie lundi 11 mai

Coronavirus: le monde face à la pandémie lundi 11 mai

Tandis que les Français et les Espagnols retrouvent une partie de leurs libertés, la crainte d’une nouvelle vague d’infections surgit à Wuhan et en Corée du Sud

Un déconfinement progressif en Espagne

Siroter une bière sur une terrasse ensoleillée en Espagne, c’est à nouveau possible, au moins dans une partie du pays, comme en Catalogne par exemple. Environ la moitié de l’Espagne est passé ce lundi à la première phase de la réouverture après deux mois de confinement, l’un des plus stricts au monde. Les petits commerces, les églises, les musées et les terrasses de bars et de restaurants peuvent rouvrir, mais en limitant leur nombre de clients.

Le déconfinement sera très progressif jusqu’à la fin du mois de juin, il comporte trois phases. Le passage d’une phase à une autre dépend de l’évolution de l’épidémie, qui a fait plus de 26 000 morts dans le pays. Pour l’instant, Madrid et Barcelone, les deux plus grandes villes d’Espagne et les plus touchées par la pandémie, restent en quarantaine.

La France sort du confinement

En France, il n’est pas encore possible de se retrouver entre amis en terrasse. Mais le pays s’est remis progressivement en mouvement ce lundi après un confinement inédit de 55 jours. Les autorités ont toutefois mis en garde : « On va devoir vivre avec le virus pendant quelque temps et la reprise du confinement, ce n’est pas la reprise de la vie comme avant », a rappelé le ministre de la Santé Olivier Véran sur la chaîne BFMTV. La reprise des transports publics s’est dans l’ensemble bien passée lundi matin en Ile-de-France, ont constaté la RATP et la SNCF. Les opérateurs craignaient un afflux de voyageurs avec la fin du confinement, d’autant que le service n’est encore assuré qu’à 75% à la RATP et à 60% pour les trains de banlieue de la SNCF, car le respect des règles de distanciation réduit la capacité d’environ 80%. La quasi-totalité des voyageurs portaient des masques, qui sont désormais obligatoires dans les transports publics.

Le Conseil constitutionnel a validé la loi prorogeant l’état d’urgence sanitaire et organisant le déconfinement mais a censuré des éléments liés à l’isolement des malades et au « traçage » de leurs contacts, dans une décision prise lundi. Le Conseil, saisi par le président Emmanuel Macron, le président du Sénat Gérard Larcher et d’autres parlementaires, « valide plusieurs » des dispositions de la loi, adoptée samedi par le Parlement. Mais « concernant les traitements de données à caractère personnel de nature médicale aux fins de traçage » il a décidé « deux censures partielles » pour limiter le nombre de personnes pouvant accéder à ces données, et pour qu’un juge des libertés puisse effectuer un « contrôle » si le malade ne peut pas sortir plus de 12 heures de son lieu d’isolement.

L’épidémie de coronavirus a causé la mort de 263 personnes sur les dernières 24 heures en France, de nouveau en forte hausse après plusieurs jours de baisse record, selon le bilan publié lundi par la direction générale de la Santé au premier soir du déconfinement de la population. Au total depuis le 1er mars, au moins 26 643 décès ont été enregistrés mais la pression sur les services d’urgence hospitaliers se réduit toujours, avec 64 malades graves en moins en réanimation, précise-t-elle.

Boris Johnson précise le plan de déconfinement

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a présenté ce lundi devant le Parlement le plan de déconfinement de son gouvernement. Certaines professions pourront reprendre le travail à compter du 1er juin, mais le port du masque est obligatoire dans des espaces clos où il n’est pas possible de respecter les règles de distanciation physique. Les commerces non essentiels pourront également rouvrir par phases à compter du 1er juin. Le gouvernement prône aussi la poursuite du télétravail « partout où c’est possible ».

Boris Johnson a convenu qu’il fallait désormais trouver le moyen de composer avec cette épidémie, en avançant sans dilapider les progrès obtenus grâce au confinement. Selon lui, des mesures de restrictions strictes resteront en vigueur dans certaines régions pendant longtemps.

C’est donc un deconfinement progressif qui sera mis en œuvre, alors que le bilan quotidien fait état ce lundi de 210 décès supplémentaires liés au coronavirus. Ce qui porte à 32 065 le nombre total de décès depuis le début de l’épidémie.

La Russie se prépare elle aussi à sortir du confinement

Le président russe Vladimir Poutine a ordonné la fin de la période chômée à partir de ce mardi. C’est le signal d’un abandon, progressif et région par région, des restrictions. La période chômée est en vigueur depuis fin mars pour faciliter la mise en place des mesures de confinement. « La lutte contre l’épidémie ne s’achève pas. Le danger demeure », a souligné le président russe.

Cette annonce est intervenue alors que le pays a enregistré plus de 11 000 nouvelles contaminations ces dernières 24 heures, dont plus de la moitié dans la capitale Moscou, l’épicentre de l’épidémie dans le pays. Moscou, qui ne sera pas concernée par une réouverture, reste confinée au moins jusqu’au 31 mai.

Avec 221 344 cas au total, selon les autorités, la mortalité dans le plus grand pays du monde reste relativement basse, avec 2 009 victimes. Explication officielle pour l’envolée du nombre des cas depuis 10 jours : la multiplication des tests effectués – 5,6 millions selon le comptage de lundi – et non pas une accélération de la propagation. Ce qui expliquerait aussi la faible mortalité. Il faut dire qu’en Russie certains doutent de cette interprétation, et jugent la mortalité sous-estimée.

Déconfinement partiel en Géorgie…

La Géorgie a commencé lundi à lever une partie des restrictions, notamment économiques, imposées pour lutter contre le Covid-19. Selon les chiffres officiels ce pays du Caucase est jusqu’à présent relativement peu touché. La production et la vente en gros et au détail – à l’exception des grands centres commerciaux et des boutiques de prêt-à-porter, ont ainsi repris leurs activités. L’interdiction d’entrée et de sortie de Tbilissi, la capitale, mise en place à la mi-avril, a également été levée. Cet assouplissement, accompagné toutefois d’une obligation de porter le masque, a été accueilli avec joie et soulagement par la population locale.

….et en Inde

L’Inde a commencé son processus de déconfinement, mais interdit toujours le déplacement entre Etats, ainsi que les vols nationaux et internationaux. Le pays dénombre plus de 2 100 morts, mais selon les épidémiologistes le pic ne sera pas atteint avant juin ou juillet. La circulation des trains, dans ce pays qui dispose d’un des réseaux ferroviaires les plus vastes du monde, devrait reprendre ce mardi.

La Corée du Sud, dans la crainte d’une deuxième vague

Ce lundi, la Corée du Sud a enregistré le plus grand nombre de cas de coronavirus sur son territoire depuis plus d’un mois, avec 35 nouvelles infections. Le foyer de contamination se trouve dans un quartier de Séoul connu pour sa vie nocturne. Face à la crainte d’une deuxième vague du Covid-19, bars et restaurants ont été de nouveau fermés dans la capitale sud-coréenne.

De nouvelles infections également à Wuhan

La Chine a annoncé ce lundi cinq nouveaux cas de coronavirus à Wuhan. Au total, les autorités ont signalé 17 nouveaux cas de Covid-19 sur le territoire chinois, dont dix infections d’origine locale. Parmi les nouveaux cas locaux, cinq ont été localisé dans le Hubei, la province dont Wuhan est le chef-lieu. Il s’agit de personnes âgées vivant dans la même résidence.

Le coronavirus à la Maison Blanche

Selon les conseillers économiques du président Donald Trump, le taux de chômage, actuellement à 14,7%, pourrait dépasser les 20% le mois prochain. C’est ce que rapporte ce lundi le Washington Post. Le journal cite un autre conseiller affirmant qu’il a « peur d’aller travailler à la Maison Blanche ». Ces derniers jours, malgré des contrôles draconiens, plusieurs cas de coronavirus ont été signalés à la présidence. Deux employés de la « West Wing » où se trouve le Bureau ovale (un militaire au service du milliardaire républicain puis la porte-parole du vice-président Mike Pence) ont été testés positifs au nouveau coronavirus. Par mesure de sécurité, trois membres de premier plan de la cellule de crise chargée de coordonner la lutte contre le Covid-19 ont été mis en quarantaine. Parmi eux, l’épidémiologiste Anthony Fauci, qui conseille quotidiennement Donald Trump.

Au Brésil, le nombre de décès liés au coronavirus ne cesse de grimper. Le pays compte 11 210 morts (selon le site d’information G1). 13 des 20 villes au taux de mortalité le plus élevé se trouvent en Amazonie.

L’Equateur a dépassé le seuil de 2 000 morts alors que le pays débute la neuvième semaine d’un confinement très strict. Les autorités ont décrété un couvre-feu national de 14h à 5h. La circulation en voiture est limitée aux trajets professionnels (notamment dans les secteurs agricole, industrielle, médical et hospitalier)

Au Pérou, environ 200 entreprises des secteurs du textile et de confections, du commerce électronique et de l’hôtellerie reprennent ce lundi leurs activités. Un redémarrage partiel pour l’économie, alors que le pays compte 1 889 morts et 67 307 cas confirmés. Selon le président Martin Vizcarra, il manque dans certaines régions des lits en soins intensifs.
L’Iran redoute un « retour en arrière »

Le gouvernement de Téhéran a mis en garde ce lundi contre un « retour en arrière », malgré ses efforts contre le nouveau coronavirus, en cas de non-respect des consignes sanitaires. Les autorités ont notamment rétabli les restrictions de déplacement dans la province du Khouzestan (dans le sud-ouest), où la situation est jugée particulièrement inquiétante. 45 nouveaux décès ont été confirmés par le gouvernement, sachant qu’il ne publie plus le bilan de la pandémie par province depuis près d’un mois, dans l’objectif de limiter les déplacements entre régions. Officiellement 6 685 personnes sont mortes du coronavirus en Iran.

Des objets de confinement bientôt au musée ?

Et si vos pantoufles étaient exposées dans une vitrine ? La pandémie de coronavirus continue de faire des ravages dans le monde mais certains musées ont déjà commencé rassembler des témoignages et des objets pour décrire cette période historique. C’est le cas du Museum of London, consacré à la vie quotidienne dans la capitale britannique. « Dès qu’on a su qu’il y allait avoir un confinement, on a discuté de ce qu’il fallait collecter pour l’avenir. C’est une expérience tellement extraordinaire ! » a expliqué à l’AFP Beatrice Behlen, conservatrice du musée. Elle a donc lancé un appel aux Londoniens pour qu’ils lui transmettent les objets symbolisant, pour eux, le confinement. Jusqu’à présent le musée a reçu entre autres un pot de confiture « faite maison » ou encore une crécelle conçue pour faire le maximum de bruit quand, chaque jeudi soir, la population rend hommage aux soignants. Pour la conservatrice, ce n’est pas tant l’objet lui-même qui compte que « le sens qu’il a pour son propriétaire ». Ce qui aidera le musée pour raconter aux futures générations ce qui s’est passé en ce printemps 2020.

Reste une question : quand ces nouvelles collections pourront-elles être admirées ? Pour se rendre à nouveaux dans les musées, il faudra encore patienter un peu dans la plupart des pays…

 

Senegal7 avec Rfi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici