Accueil Actualités Coronavirus : l’état du monde face à la pandémie du 15 au...

Coronavirus : l’état du monde face à la pandémie du 15 au 21 juin

La semaine qui s’est écoulée a été une nouvelle fois marquée par la progression rapide du virus en Amérique latine, où le seuil des deux millions de cas a été dépassé, et en particulier au Brésil, qui reste l’épicentre de l’épidémie. Face à la recrudescence des contaminations, certains pays ont été obligés de confiner une nouvelle fois plusieurs quartiers ou des villes entières. Pendant ce temps, l’Europe continue son déconfinement et retrouve peu à peu un semblant de normalité. On recense désormais plus de 8 800 000 cas infectés dans le monde pour près de 465 000 morts.

Les régions ou pays où la pandémie recule

L’Europe a dépassé cette semaine les 2,5 millions de cas mais la tendance de nouvelles infections reste globalement à la baisse. Les États membres de l’Union européenne devraient établir en milieu de semaine prochaine une première liste d’une cinquantaine de pays hors-UE avec lesquels les frontières vont être rouvertes. Par ailleurs, les Vingt-Sept vont poursuivre les négociations jusqu’à juillet pour trouver un accord sur un plan de relance massif de 750 milliards d’euros.

La France entre encore dans une nouvelle étape de son déconfinement, lundi 22 juin, avec le retour à l’école et au collège de tous les enfants, ainsi que la reprise des sports collectifs. Les épreuves du baccalauréat auraient dû commencer cette semaine mais c’est finalement grâce au contrôle continu que les élèves passeront leur bac. Ouverture également pour les cinémas, les centres de vacances, les casinos et les salles de jeux « dans le respect de règles sanitaires strictes ». La date du 11 juillet a été choisie pour la fin de l’état d’urgence sanitaire, trois jours avant la fête nationale. À partir de cette date, les stades pourront à nouveau accueillir du public dans la limite de 5 000 personnes et les croisières fluviales vont reprendre. Pour les discothèques, les foires et les salons, il faudra en revanche attendre le mois de septembre.

L’Italie continue son déconfinement tout en appelant la population à la « prudence » après avoir observé la semaine dernière des « signaux d’alerte liés à la transmission » du Covid-19, notamment à Rome. Le pays essaie tant bien que mal de relancer son tourisme, des « bonus vacances » vont même être distribués aux Italiens pour les inciter à occuper les hôtels et les B&B. L’impact économique de l’épidémie est particulièrement sévère dans le sud du pays. Par ailleurs, l’Institut supérieur de la santé italien a signalé quele coronavirus était présent dès décembre 2019 dans les eaux usées de Milan et Turin.

L’Espagne a levé dans la nuit du samedi au dimanche 21 juin l’état d’alerte et a rouvert ses frontières aux touristes européens. Le gouvernement a ainsi mis fin à 100 jours de confinement pour enrayer une épidémie qui a fait plus de 28 300 morts pour 245 938 cas diagnostiqués dans le pays. Les Espagnols peuvent donc désormais se déplacer partout dans le pays alors qu’il était interdit de sortir de sa province jusqu’à ce week-end. Quant aux touristes qui vont débarquer, ils ne seront plus tenu d’observer une quarantaine de 14 jours. Malgré cela, le Portugal voisin a décidé de garder sa frontière fermée jusqu’au 1er juillet.

Le déconfinement se poursuit aussi partout en Europe de l’Ouest.

Le Royaume-Uni a renoncé cette semaine à son application mobile pour tracer les malades au profit de la technologie Apple-Google. L’Irlande va encore passer une nouvelle étape le 29 juin prochain avec la réouverture des lieux de culte ou de loisirs, des salles de gym, des cinémas et des coiffeurs. En Suisse, les rassemblements allant jusqu’à 1 000 personnes seront à nouveau autorisés à partir de ce lundi 22 juin. Et en Hongrie, le Parlement a approuvé mardi 16 juin la levée de l’état d’urgence controversé qui a permis au Premier ministre Viktor Orban de gouverner par décrets durant plus de deux mois.

Les régions où la pandémie revient

La Chine connaît un rebond depuis plus d’une semaine etl’apparition de nouveaux cas diagnostiqués positifs au coronavirus sur deux marchés de Pékin. Près de 300 malades ont été diagnostiqués en une semaine et 30 quartiers de la capitale ont été confinés. Les autorités ont assuré jeudi 18 juin que la situation était « sous contrôle ». Plus de deux millions de personnes ont été testées et plusieurs milliers de vols ont été annulés cette semaine. Pékin a partagé dans la nuit de jeudi 18 à vendredi 19 le génome du virus avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et plusieurs scientifiques étrangers. Il semblerait que la souche qui a déclenché cette nouvelle vague vienne d’Europe. La Chine (sans les territoires de Hong Kong et Macao) a officiellement dénombré un total de 83 378 cas (26 nouveaux entre samedi et dimanche), dont 4 634 décès (aucun supplémentaire en 24 heures), et 78 413 guérisons.

Les États-Unis aussi ont connu un rebond au cours des dernières semaines. Le pays reste le plus touché par le virus avec plus de deux millions de cas et près de 120 000 décès. Le nombre d’hospitalisations dans certains États du sud comme la Floride ou le Texasa connu une hausse importante. Hors de question en revanche de remettre en place des mesures sanitaires comme en Chine pour les autorités des États concernés. Un retour de la pandémie qui n’inquiète pas non plus le président Donald Trump : il était samedi 20 juin en meeting en Oklahoma, l’un des États qui connaît une nouvelle vague de contaminations. Il a d’ailleurs déclaré qu’il avait demandé aux autorités sanitaires de ralentir le rythme du dépistage de la maladie Covid-19 parce que cela provoquait une augmentation du nombre de cas détectés. Les experts de la santé aux États-Unis craignent que ce déni fasse perdurer la crise au moins jusqu’à l’automne.

En Ukraine, les autorités envisagent d’imposer un confinement plus strict après que la propagation de virus s’est accélérée depuis la levée de nombreuses restrictions le 11 mai dernier. C’est ce qu’a annoncé le gouvernement vendredi 19 juin après que le pays a enregistré, en trois jours, un troisième record quotidien de nouveaux cas, avec 921 contaminations. L’Ukraine a décompté depuis le début de l’épidémie 36 560 cas de Covid-19 et 1 002 morts. Le 11 mai, au début du déconfinement, elle en comptait respectivement 15 648 et 408.

Les régions ou pays où la pandémie progresse

Le Brésil reste l’épicentre mondial de l’épidémie. Le pays est devenu cette semaine le deuxième à dépasser le million de cas diagnostiqués après les États-Unis. Il reste aussi le deuxième pays le plus endeuillé et devrait franchir très prochainement le seuil des 50 000 morts. Depuis début juin, c’est le pays qui a enregistré le plus de contaminations, plus de 520 000, et le plus de décès, près de 20 000. Le président d’extrême droite Jair Bolsonaro continue de minimiser la crise alors que la situation s’empire de jour en jour. Depuis cette semaine, le Brésil manque de place dans ses cimetières pour enterrer ses morts. Autre inquiétude : comparé à d’autres pays, les jeunes sont davantage touchés par le coronavirus.

La pandémie continue de progresser dans le reste de l’Amérique latine. Le Mexique a dépassé le seuil des 20 000 morts et la tendance de nouvelles contaminations (175 202 cas diagnostiqués en tout) est à la hausse. Le gouvernement a dû retarder d’une semaine la reprise des activités dans la capitale, Mexico. La Colombie a enregistré de son côté le chiffre record de 95 morts en une seule journée vendredi 19, franchissant du coup la barre des 2 000 morts pour 65 633 cas de contamination depuis le début de l’épidémie. En Bolivie, la capitale La Paz est de nouveau soumise à confinement très strict après une nouvelle flambée de contaminations. Le pays compte 23 512 cas diagnostiqués et 740 morts. La situation semble plus stable à Cuba, qui a entamé cette semaine son déconfinement, ou encore à Haïti, oùl’épidémie n’est pas aussi virulente que prévue.

Pas de reflux non plus en Inde, avec ses 410 461 cas diagnostiqués et ses 13 254 morts, le pays est devenu cette semaine le quatrième le plus touché du monde par la pandémie. La contagion est particulièrement virulente dans les grandes villes comme New Delhi, qui concentre 12% des cas du pays et où les hôpitaux ont déjà du mal à faire face. Les autorités s’attendent à voir le nombre de cas doubler en deux semaines.

En Iran, les autorités estiment n’avoir toujours pas passé le pic de la première vague de l’épidémie qui dure pourtant depuis plus de quatre mois. Malgré un léger reflux début mai, le pays fait face à une nouvelle accélération de la propagation du virus ces dernières semaines. Le bilan est de 9 623 morts pour 204 952 cas diagnostiqués. Selon le ministre de la Santé, Saïd Namaki, le fait que la tendance soit à nouveau à la hausse ne doit pas être interprété comme une seconde vague : « Même dans des provinces où nous pensions avoir franchi la première vague de nouveau coronavirus, nous n’avons pas encore pleinement vécu la première », a-t-il assuré dimanche 21 juin.

L’info santé

Après deux mois de débat autour de l’hydroxychloroquine, un nouveau médicament fait parler de lui : le dexaméthasone. Selon les autorités sanitaires britanniques,ce stéroïdien aux propriétés anti-inflammatoires améliore la survie des personnes atteintes du Covid-19. C’est d’ailleurs l’un des médicaments testés par l’étude Recovery qui avait jugé que la chloroquine n’avait pas « d’effet bénéfique » sur la maladie. Le dexaméthasone, au contraire, permettrait de diminuer d’un tiers la mortalité chez les malades les plus touchés selon l’essai clinique. Il s’agit d’une molécule connue, qui a en plus l’avantage d’exister sous forme générique et qui est donc abordable.

L’info insolite

Malgré la distanciation physique et l’usage du masque qui devient la norme, le fameux baiser du cinéma revient ! C’est le ministre français de la Culture, Frank Riester, qui l’a assuré vendredi 19 juin. Avec le déconfinement qui continue, le tournage des films et des séries a repris dans l’Hexagone. L’amour au cinéma ne reprendra donc pas derrière un masque, les acteurs pourront s’embrasser pour faire rêver les fans du septième art. Mais avec prudence tout de même : les acteurs doivent être testés au coronavirus avant de pouvoir reprendre ce genre de scène.

 

Senegal7 avec Rfi

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici