Accueil Actualités Corps de contrôle : Quand le peuple prend le contrôle de leurs...

Corps de contrôle : Quand le peuple prend le contrôle de leurs rapports !

A beau prévariquer, on finit toujours par être démasqué. Et c’est bien le cas du faisceau de corps de contrôle crée de toute pièce sous nos cieux et censé contrôler de manière drastique la gestion de nos finances publiques. Des budgets faramineux leur sont alloués aux fins d’accomplir un travail de fourmi qui puisse aboutir à des résultats probants. Les vocables s’entrechoquent dans un verbiage académique qui force le respect : Cour des comptes, Inspection Générale d’Etat, Ofnac, tutti quanti. Ces corps de contrôle ne servent en réalité que de décorum pour amuser la galerie et donner l’impression qu’au Sénégal, la toute puissance publique travaille à la gestion transparente de nos ressources publiques. Pourtant, c’est à tout le contraire car Nafi Ngom Keita cette brave Dame qui a voulu que la loi s’applique à ceux qui ont mal géré les finances publiques s’est vue congédiée à la tête de l’Ofnac. Ce qui signifie en clair que les vérificateurs qui ont accepté de jouer le jeu du pouvoir dans l’Inspection Générale d’Etat ou la Cour des comptés ne se livrent qu’à un travail de façade. De 2014 à 2020, soit 6 ans après, la Cour des comptes a mis les rapports dans les tiroirs pour des raisons que les Sénégalais ignorent toujours. Il aura fallu qu’il y ait une forte pression de l’opinion pour que cette Institution en vienne à publier de guerre lasse ces rapports qui ont démontré comment les proches du Macky ont spolié les ressources financières de ce pays. A cela, il n’y a point d’excuses car les abris provisoires dépassent le nombre de 6000 dans l’école sénégalaise.Les hôpitaux se meurent, le système éducatif obsolète, le monde rural grabataire, le chômage des jeunes endémiques et l’insécurité persistante. Les Sénégalais groggy face à ce monde de prévarications n’ont d’autre choix que de prendre le contrôle de ces corps de contrôle. En les mettant devant leur responsabilité de jouer le jeu du prince qui ne s’en tient qu’aux avantages que lui procure sa cour royale. Diantre !
Assane SEYE-Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici