Accueil Actualités Couleurs sur peaux noires: la fin d’un diktat dans l’univers du tatouage?

Couleurs sur peaux noires: la fin d’un diktat dans l’univers du tatouage?

De celui que l’on arbore fièrement de retour de voyage, à celui que l’on a mûrement réfléchi, le tatouage peut se décliner en une multitude de couleurs. Mais face à autant de choix, sommes-nous tous égaux dans l’univers du tatouage ?

D’après le dernier rapport Ifop réalisé en 2018, 18% des Français majeurs sont ou ont déjà été tatoués. Un nombre en progression puisqu’en 2016, 14% des personnes interrogées étaient concernées.

Malgré cet engouement, les comptes Instagram de certains salons font la part belle à la peau claire, entendez blanche. Le manque de diversité interpelle, comme si les personnes noires ne se tatouaient pas.

« On déconseille fortement les tatouages de couleurs sur les peaux foncées. On dit la vérité », assume un tatoueur dans l’un des salons les plus réputés de Paris. Ainsi, certains établissements ne cachent pas leur réticence à tatouer une personne noire avec des encres de couleurs. Pour leurs gérants, les peaux noires « cicatrisent mal et les tatouages ne vieillissent pas bien ».

La cause : ces peaux seraient plus épaisses et plus sensibles. Les encres de couleurs se verraient mieux sur les peaux blanches et certains tatoueurs privilégieraient le noir et le gris pour des carnations plus foncées.

L’injonction des encres sombres

Il a fallu du temps à Gael Rapon, photographe, avant d’avoir des tatouages aux couleurs vives sur son corps. « Pendant plusieurs années, j’ai demandé à des tatoueurs parisiens si je pouvais me faire tatouer à l’encre de couleur. La réponse a souvent été non. [….] Parfois sans m’expliquer pourquoi, sans me proposer autre chose. La seule raison qui m’était donnée était que les encres de couleurs ne marchaient pas sur les Noirs », confie le photographe.

Pourtant, pour le Syndicat national des artistes tatoueurs (Snat), « il n’existe aucune recommandation pour l’usage d’encres de couleurs en fonction du type de peau. La cicatrisation et le vieillissement des tatouages ne présentent pas de spécificité particulière sur les peaux claires ou foncées à notre connaissance. »

Idées reçues sur les peaux

D’où viennent alors ces idées reçues sur la cicatrisation des peaux noires ? Marie Jourdan, dermatologue et spécialisée dans le détatouage (opération consistant à retirer un tatouage), explique que « l’épaisseur de la peau est la même, quelle que soit sa couleur ».

« À certains endroits du corps, dit-elle, il peut y avoir plus de couches cellulaires, ce qui peut donner l’impression d’une peau plus dense et plus ferme, mais en réalité elle n’est pas plus épaisse. »

C’est la forte quantité de mélanine foncée présente chez les personnes métisses et noires qui remonte davantage à la surface de la peau en comparaison avec une peau blanche.

« Mais cela ne rend pas la peau forcément plus sensible et plus sujette au gonflement. Cela fait plus référence à la perception que l’on a de soi-même et tient surtout d’idées reçues », précise la dermatologue.

Saliou Ndiaye