Coup de gueule : Et que dire de l’indiscipline des transporteurs à l’endroit des clients ?

0

Depuis maintenant 48 heures le pays est paralysé par le mouvement d’humeur des transporteurs. Comme tout citoyen, ils exercent un droit car se sentant lésés dans leur fonction. Oui, les usagers sont témoins des tracasseries policières dont vous êtes les cibles. Qui n’a pas assisté à cette scène devenue banale du conducteur donnant quelques espèces sonnantes et trébuchantes à un agent de la circulation ? Oui, les usagers sont témoins de la précarité des conducteurs (souvent exploités par les transporteurs). Mais, les usagers ont aussi pleins de griefs contre vous car votre service laisse à désirer. Le manque de respect envers le client est devenu la règle dans les transports en commun. Des apprentis (pas tous) trop indisciplinés et incapables de faire preuve de la courtoisie la plus élémentaire. Les prix du transport qu’ils augmentent à leur guise.

Des « bus Tata » qui traînent dans les arrêts comme des « Cars rapides » et « Ndiaga Ndiaye » au grand mépris de l’avis du client qu’on abreuve souvent d’insanités pour avoir affiché son impatience. Vous dénoncez la concurrence déloyale mais ce sont vos errements qui font le succès des « Allô Dakar » et autres concurrents. Bref, Emprunter un véhicule de transport en commun est un fardeau quotidien en raison du comportement des chauffeurs et de leurs apprentis ou receveurs.

Les autorités compétentes sont elles, à bord de leurs belles bagnoles, déconnectées de la réalité. Les usagers n’ont pas de syndicats pour attirer les projecteurs sur leur triste sort. Comment dans un pays qui vise l’émergence peut-on s’accommoder du caractère informel d’un domaine aussi crucial que le transport ? Le secteur et les usagers sont laissé à la merci d’aventuriers qui relèguent au second plan la qualité du service. Un apprenti parfois insolent, généralement mal habillé avec des vêtements sales, des voitures mal entretenues… les étrangers qui empruntent ces carcasses qui nous servent de transport garderont sûrement une image pas du tout reluisante de notre pays. Cette grève doit être l’occasion pour les autorités de se pencher sur les misères que les auteurs du mouvement d’humeur font endurer à leurs clients… qui doivent, pourquoi pas, être représentés à la table des négociations.

Mbissane TINE-Senegal7

Leave a comment