Accueil Actualités Coup d’Etat en cours au Mali : Le Sénégal suit avec attention la...

Coup d’Etat en cours au Mali : Le Sénégal suit avec attention la situation

Mali

Ce mardi matin, les maliens se sont réveillés avec des coups de feu venant du camp Soundjata Keita de Kati. Ce qui fait suite à une mutinerie déclenchée par des militaires dans un contexte sociopolitique déjà très complexe.

La situation reste toujours confuse à Bamako. Bruits de bottes et mécanique militaire ont règné depuis le matin alors que le personnel de l’administration publique, les banques, les marchés et les espaces publics sont fermés. Des ministres et le Président de l’Assemblée nationale seraient aux arrêts.

Ainsi, la ville de Bamako et de Kati sont sous une vive tension, suscitant la psychose et la panique générale au sein de la population.

Face à cette situation qui va sans nul doute conduire le pays déjà fragilisé par un vent de révolte poussant le Président IBK a quitter le pouvoir, vers l’impasse, les pays voisins, notamment le Sénégal, suit avec attention l’évolution de la tension.

Un voisin très fragile…

 La dernière enquête de l’ONU sur les violences et les abus des droits de l’homme au Mali est sans appel. Si les groupes rebelles font toujours preuve de cruautés, la réalité est que les forces qui les combattent, en premier lieu l’armée malienne (FDSM), commettent encore plus de crimes.

Ce, en dépit de la présence de la MINUSMA, Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali.

Entre le 1er janvier et le 30 mars 2020, l’ONU a enregistré 598 violations et abus de droits de l’homme dans ce pays enclavé de l’Afrique de l’ouest, ayant causé la mort de 315 personnes. Un chiffre en hausse de 61,21 % par rapport au trimestre précédent (octobre à décembre 2019), où l’ONU avait documenté 232 violations et abus de droits de l’homme.

Des manifestations pour exiger le départ du Président IBK  

Les manifestations pour la démission du Président Ibrahim Boubacar Keïta au Mali ont pris une autre tournure. Il y a eu un mort et plusieurs blessés.

L’Assemblée nationale a été saccagée, le siège de la chaîne publique, Ortm, assiégé. La dernière sortie du président de la République n’a pas calmé les ardeurs.

Les membres du M5, composé d’une partie de la Société civile, de l’opposition politique et de religieux, réclament toujours la démission de IBK, la dissolution de l’Assemblée nationale entre autres.

 Comme chaque vendredi depuis plusieurs semaines, les Maliens par milliers sortent dans la rue à l’appel du Mouvement du 5 juin. Cette organisation, formée par une partie de la Société civile, de l’opposition politique et de religieux dont l’influent imam Mahmoud Dicko, récuse les propositions du chef de l’Etat qui a fait une sortie télévisée le mercredi soir dans le sens d’apaiser les esprits.

A l’occasion, le Président IBK a renouvelé sa confiance à l’actuel Premier ministre, Boubou Cissé. Et la rue qui demande la dissolution de l’Assemblée nationale, pour elle, cela ne serait pas juste, car, disent les manifestants, elle priverait de leurs sièges tous ceux qui ont été élus sans contestation.

Selon Rfi.fr, les manifestants n’ont pas changé de discours. Ils veulent toujours le départ du successeur d’Amadou Toumany Touré, qui en est à son deuxième mandat. Sur place, on peut voir des pancartes ou des banderoles sur lesquelles ont peu lire «IBK dégage» ou encore «nous voulons le changement».

Assane SEYE-Senegal7

4 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici