L'Actualité en Temps Réel

Couvre-feu : Commissaire divisionnaire Boubacar Sadio regrette les violences policières

0

Le Commissaire divisionnaire à la retraite Boubacar Sadio s’est prononcé sur les violences policières qui ont émaillé le premier jour de l’instauration du couvre-feu suite à la propagation du Coronavirus. sur les colonnes de Dakarmatin, le Commissaire à la retraite s’est dit heurté.
 » En toute honnêteté et en toute franchise, j’ai été fortement gêné et heurté devant les images déplorables de policiers tabassant des citoyens pour non-respect de l’heure du couvre-feu. C’est scandaleux et ce n’est pas digne de la part de forces de sécurité ayant pour missions essentielles et premières la protection des personnes et des biens. Le comportement de ces éléments est indigne et déshonore le corps d’élite et la prestigieuse institution qu’est la Police nationale constituée dans sa très grande majorité d’hommes et de femmes travailleurs, consciencieux et à cheval sur leur crédo professionnel fondé sur la discipline, la déontologie et l’éthique. Le rôle de la Police dans le contrôle social est très important, à la limite indispensable ; comme stipulé dans le code du 3 brumaire de l’An IV « La Police est instituée pour maintenir l’ordre public, la liberté, la propriété, la sureté individuelle. Son caractère principal est la vigilance. La société considérée en masse est l’objet de sa sollicitude ». C’est dire que les policiers exercent un métier d’une très grande noblesse et d’une grande utilité sociale. Malheureusement, des comportements comme ceux qui sont projetés dans les réseaux sociaux sont de nature à jeter le discrédit sur l’ensemble des personnels de la Police nationale. Il est réconfortant de savoir que la hiérarchie supérieure a pris la ferme décision de sanctionner les responsables de ces exactions ; il ne faudrait surtout pas que ce soit un simple effet d’annonce pour calmer les esprits et étouffer l’indignation générale. S’il faut féliciter les forces de sécurité pour l’excellent travail qu’elles font quotidiennement, de la même manière, il faut dénoncer certains abus ; j’ai été effaré d’entendre un certain colonel déclarer sans sourciller que « l’état d’urgence est au-dessus des droits de l’homme », un vrai nigaud. Pour sa gouverne, je lui apprends qu’il y a des droits humains intangibles. »Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, le Commissaire Sadio a fait état de la préservation de l’image du Sénégal au sein du village planétaire.
« Certains policiers oublient que nous vivons dans un village planétaire où tout est viral ; ce n’est point un jeu de mots pour faire allusion au virus Covid-19. Tous les faits et gestes sont portés à la connaissance du monde entier en temps réel ; et les policiers doivent avoir conscience qu’ils ont une fonction de représentation de notre gouvernement, de notre Etat, de notre pays et de l’ensemble du peuple sénégalais. En aucun moment ni en aucune circonstance, ils ne doivent ternir l’image du Sénégal. On a l’habitude de dire que « force doit rester à la loi », c’est l’occasion de montrer et de démontrer que ce n’est point un simple slogan et que cela s’adresse et s’applique à tous les citoyens quels que soient leurs statuts. »
Assane SEYE-Senegal7

laissez un commentaire