Accueil Contribution Covid-19: « L’année 2020 risque d’être inoubliable », selon Pr Moustapha Samb

Covid-19: « L’année 2020 risque d’être inoubliable », selon Pr Moustapha Samb

L’année 2020 risque d’être une date inoubliable dans l’histoire de l’humanité. Une année de stress, de hantise et de recul dans tous les domaines. Partout, on compte les morts, tous les efforts des gouvernants sont concentrés sur une seule chose : le Covid 19. Une pandémie mondiale qui a réduit à néant tous les programmes de développement, toutes les projections.

Les économies les plus fragiles se sont effondrées, les taux de croissance ont partout chuté. Une année noire qui a vu les Etats du monde entier prendre des mesures pour endiguer les effets de ce virus qui ressemble bien à une punition divine.

Malgré les masques, la distanciation physique, le gel alcoolique et toute la campagne de sensibilisation, le virus continue de se propager et surtout de faire des ravages. Tous les continents sont touchés. Chaque jour avec son bilan macabre. Les morts se comptent à un rythme effrayant.

Les grandes puissances ont toutes souffert et elles arrivent difficilement à maîtriser ce fléau. En Afrique, même si la tendance, en l’état actuel de la pandémie est moins dramatique, le virus n’a pas encore dit son dernier mot et la propagation se poursuit à un rythme inquiétant. Au Sénégal, malgré les efforts consentis, la pandémie semble poursuivre son bonhomme de chemin et on ne voit ni le pic venir, ni le bout du tunnel. Dans ce contexte, que faire ?

Pour le cas du Sénégal, il faut reconnaître que tout le monde se pose des questions pour trouver la meilleure riposte face à ce virus. A mon humble avis, nous devons cibler davantage dans la campagne de sensibilisation, les jeunes qui semblent ne pas comprendre les enjeux.

Le port du masque est complètement ignoré, pour nombre d’entre eux, le coronavirus est une petite grippe qui passe, d’autres ont poussé leur ignorance jusqu’à dire que le coronavirus n’existe pas, il est une invention des politiques.

Devant ce refus d’acceptation de la pandémie, les pouvoirs publics doivent prendre des mesures beaucoup plus draconiennes. Le port du masque doit être obligatoire. Il doit même faire l’objet d’une loi.

Les jeunes pensent que le covid 19 est une affaire des personnes âgées, ce qui est aberrant, les jeunes peuvent bien perdre la vie avec ce virus même si les personnes âgées traînant d’autres pathologies sont plus exposées.

Le problème au Sénégal c’est que les jeunes surtout doivent porter le combat, mettre en permanence des masques, au cas contraire, ils risquent de ramener le virus à la maison et tuer leurs parents ou leurs grands-parents. Les adultes en majorité portent des masques.

Il suffit de se promener dans la rue pour constater que les adultes portent leurs masques mais la quasi-totalité des jeunes refusent de  les porter. La police, l’armée, la gendarmerie, toutes nos forcent de l’ordre doivent être mobilisées pour sanctionner tous ceux qui sortent sans masques.

Dans le transport, les lieux de travail, les marchés, les lieux de rassemblement, tout citoyen qui sort sans masque doit être traité comme un délinquant, un tueur. Le virus perdure et continue de tuer nos concitoyens.

L’Etat doit changer de démarches et prendre des mesures plus hardies envers une bonne frange de la population qui cherche obstinément à jouer avec la mort. Il faut saluer la décision du Chef de l’Etat de revoir le dispositif en interpellant les Ministres de l’intérieur et des Forces armées dans la lutte contre le coronavirus. C’est une décision salutaire.

Il est vrai que le virus a tué beaucoup de célébrités, beaucoup de personnalités mais il a aussi tué d’autres citoyens anonymes et en nombre très important. Si on continue de refuser le port des masques, de se comporter comme si le virus est une vue de l’esprit, de fouler au pied les gestes barrières, le virus risque de faire des ravages au Sénégal. Chaque jour on enregistre des morts, chaque jour le nombre des infectés augmente, chaque jour les cas communautaires progressent, il est donc impératif de prendre des mesures au moins dans les grandes villes les plus infectées à l’instar de Dakar la capitale du pays. Le rythme infernal des disparitions, les morts subites inexpliquées de personnes apparemment en bonne santé montrent que 2020 est une véritable année noire.  Les Sénégalais, sous l’impulsion ferme de leurs dirigeants doivent se ressaisir pour adopter les comportements anti corona sinon le pire est à venir ; le covid-19 est bien là, il surprend et il fauche, il mute et il tue allègrement, sans autre forme de procès, et on ne sait rien de lui.

Docteur en communication

Enseignant- chercheur-Cesti-Ucad

6 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici