Accueil Actualités Covid au Sénégal : de la peur à l’insouciance (Ibn Babacar Diop)

Covid au Sénégal : de la peur à l’insouciance (Ibn Babacar Diop)

« C’est le contexte qui fait le texte », dit-on. Au regard de notre titre, force est de reconnaître que la peur de la maladie ne fait plus peur. Une observation minutieuse du contexte Sénégalais, des stratégies déployées jadis jusque-là, des comportements…nous a poussé à opérer cette transition. De la peur de la maladie, nous en sommes arrivés à l’insouciance totale de celle-ci. Comment en sommes-nous donc arrivés là? Quelles peuvent être les répercussions d’une telle transition dans la stratégie de lutte contre cette maladie? Voilà autant de questions qui nous serviront d’aiguillon pour mieux affûter cet article.

Le monde retient son souffle, parce que Corona est là !

Décembre 2019, le coronavirus apparaît en chine. Le monde est informé de l’existence d’une nouvelle maladie qui ne tardera pas, sous l’effet de la globalisation à devenir une pandémie. La rapidité à laquelle elle a fait tache d’huile réconforte les thèses de Marshall McLuhan lorsque celui-ci évoquait « le village planétaire » pour ainsi qualifier le monde. La mondialisation a conduit à la transmission de la maladie dans pratiquement tous les pays du monde occasionnant parfois un arrêt total de tous les secteurs. L’épicentre de la maladie, la Chine a dès les débuts riposter en isolant le foyer de la malade (Wuhan). Grâce à une stratégie d’isolement et de « confinement », la Chine a pratiquement réussi à repousser plus loin la maladie malgré les pertes humaines. De plus, les autres pays ont également commencé à rapatrier leurs ressortissants, chose qui sans doute, fera proliféré la maladie vers des échelles insoupçonnées.

Mars 2020, le Sénégal enregistre son premier cas de coronavirus.

Mars dernier, le Sénégal enregistre son premier cas de coronavirus. Il s’agit d’un cas importé. A ce niveau, il est important de souligner le champ lexical qui a accompagné la maladie. Toute une contorsion lexicale, toute une broutille sémantique aura permis à la maladie de se faire connaître. De la maladie à la pandémie en passant par le confinement, la distanciation, le ou la Covid-19, le déconfinement accompagneront cette maladie. De surcroît, elle a aussi porté la peur au pinacle au point de créer une psychose globale obligeant les États à adopter une posture d’autisme. De ce premier cas, le Sénégal ne souciait guère de la nocivité et de la propagation rapide de la maladie qui, au même moment obligeait la Chine, foyer de la maladie à s’isoler par rapport au reste du monde, contraignait l’Europe dans une saignée mortuaire sans précédent.

Par une absence de communication au début, la rumeur a pris la place vu que l’information a horreur du vide. Toute version a été entendue sur la maladie. Les bruits de couloirs au Sénégal disaient qu’elle ferait long feu en Afrique car les conditions climatiques jouaient à leur faveur. Ils disaient également, que sur la base d’une spéculation, que c’était une invention pour réduire la population mondiale, donc laisse présager une probable viabilité et fiabilité des théories complotistes. Ils disaient aussi que c’était un choix délibéré de certaines forces occultes dans le but d’enrichir l’industrie pharmaceutique, mais également une force biologique pour le degré de nuisance de certains États qui dirigent le monde. Jusque-là, aucune de ces hypothèses n’a été ébréchée pour édifier le monde sur le coronavirus.

Par ailleurs, ce déboire par manque d’information sur la maladie, a également terrorisé la population sénégalaise au début. Les mesures prises par le Président à savoir le décret d’un État d’urgence assorti d’un couvre-feu viennent sans coup férir, porter la psychose dans son plus grand paroxysme. On ne pouvait pas non plus manquer de souligner les violences, abus d’autorité dont les hommes de tenues ont fait face dans le cadre de l’application des dites mesures. Rien en effet, ne justifiait ces bavures dès l’instant qu’il n’y a jamais eu de communication efficace sur la maladie. Cela dit, le départ de la lutte a été raté même si nous avons noté une prise en main de certaines bonne volonté, car les autorités compétentes n’ont pas véritablement réussi à entrer en contact avec la population cible comme il se devait. Mais elles ont préféré, nous rabâcher de mesures qui en profondeur, sont décalées de la réalité sociologique et socio-culturelle du pays.

Après trois (3) mois de Covid, quel bilan?

Après trois mois de présence de la maladie dans nos cieux, le discours et la considération à son égard semblent changer. Un quasi relâchement après que le chef de l’Etat ait donné le clap d’abdication en déclarant qu’il faut désormais apprendre à « vivre avec le virus ». Cette assertion est motivée par des considérations purement économiques car du fait qu’il était impensable d’arrêter la machine économique du pays et de l’autre côté, qu’une frange de la population n’arrivait pas à joindre les deux bout, il faillait indubitablement donc opérer à un assouplissement des mesures prises dans le cadre de la lutte. Conséquence, le nombre de cas a littéralement explosé ainsi que celui des morts. Et tout ceci, sur un fond d’insouciance inouïe de la population car la vie semble reprendre son cours. Les nuages de la peur qui planaient au début semblent se dissiper d’une part et le nombre de cas/décès montent crescendo d’autre part. Rien ne nous dit et garanti que les pluies torrentielles « covidiques » ne vont pas s’abattre par effet de surprise vu que le contexte laisserait à croire que la maladie a fini de faire ses valises et attend sagement son billet de retour.

Les conséquences de ce relâchement sont visiblement, parce que le cap des 100 morts est franchi. Chose regrettable. Mais, ce qu’il faut déplorer, c’est l’insouciance totale et volontaire des Sénégalais qui semblent déposer les armes. Ce n’est pas pourtant une raison si le capitaine du bateau a décidé implicitement d’abandonner la lutte. Il fallait, à notre sens, lui prouver que nous pouvons vaincre la maladie sans pour autant nuire à l’appareil économique. S’il y avait une bonne stratégie de communication adossée aux réalités socioculturelles du pays, Covid-19 allait être vieux souvenir. Mais depuis son dernier discours, la vie semble reprendre sans que personne ne se soucie de la maladie. Est-ce à dire que Covid-19 ne fait plus peur ou le Sénégal a atteint son seuil de riposte? Sans vouloir essayer de répondre à la première hypothèse, force est de reconnaître qu’il existe un surenchérissement de la maladie. Loin de défendre que Covid-19 est sans dégâts, mais il est clair qu’il a été «surmediatisé» au point d’installer la peur dès son apparition.

Au total, retenons que Covid-19 n’est plus appréhendé de la même manière comme il l’a été en mars dernier. Créant une psychose au début, il a fini par être banalisé. La communication étatique s’est effritée au fil du temps, la confiance des gouvernés en branle, l’insouciance plébiscitée laissant la place à l’incertitude. Est-ce Covid-19 qui fait plus peur ou ce sont les sénégalais qui n’ont plus peur du Covid-19? A quand donc sa fin?

Ibn Babacar DIOP
Expert en Gouvernance et Intégration régionale

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici