Accueil Actualités Dansokho : Précurseur des alternances au Sénégal

Dansokho : Précurseur des alternances au Sénégal

Amathdansokhho 0

Amath Dansokho a été de tous les combats et marqué l’histoire politique et sociale contemporaine du Sénégal pour son rôle éminent et historique de lien entre plusieurs générations d’acteurs politiques, de grand rassembleur infatigable. Sa clairvoyance, expression d’une vision du combat pour la justice sociale adossée à une lucidité politique extraordinaire, qui faisait d’Amath Dansokho, l’une des figures emblématiques du paysage politique national. C’est pourquoi, il a été un des précurseurs des larges coalitions populaires qui ont valu au Sénégal, l’avènement de deux alternances politiques dans la paix et la stabilité.

Carrière politico-administrative

De sa carrière politico-administrative, l’opinion retiendra qu’Amath Dansokho a dirigé pendant plus de deux décennies le Pit, avant de passer le témoin à Maguette Thiam le 23 mai 2010. Dansokho a aussi occupé les fonctions de ministre de l’Urbanisme et de l’habitat dans le gouvernement de majorité présidentielle élargie sous Abdou Diouf en 1991 et 1993 et sous le règne du Président Abdoulaye Wade, puis de ministre d’Etat à la présidence de la République, d’avril 2012 à sa mort hier à Dakar. Tout comme il occupa les fonctions de député-maire de sa ville natale, Kédougou, en 2002. Mais aussi de parlementaire à plusieurs reprises.

Un des précurseurs des alternances au Sénégal

Ainsi, le 19 mars 2000, lors du second tour de l’élection présidentielle, la coalition de partis politiques regroupés au sein du Front pour l’alternance (FAL) mis sur pied le 7 mars 2 000 pour soutenir la candidature d’Abdoulaye Wade, mettait fin au long règne du Parti socialiste. Battu par son vieux rival, le président Abdou Diouf reconnaissait rapidement sa défaite et acceptait l’alternance, au grand soulagement de la population et des observateurs étrangers qui craignaient un blocage du processus électoral et un déchaînement de la violence. Parmi ceux qui ont été à l’origine de cette prouesse de faire tomber le baobab socialiste, figure en premier plan, le leader du PIT.

En 1993, il aura dénoncé la «mal gouvernance» du Président Abdou Diouf. Ce qui lui a coûté d’être défénestré du gouvernement de majorité présidentielle élargie, dirigé par le Premier ministre Habib Thiam. «Après quarante ans de règne socialiste, il y avait urgence à tourner le dos au clientélisme».

En ce sens, la politique du Sénégal a fait de l’an 2000 l’aube d’un Sénégal faste. Parce que les élections de février-mars 2 000 se sont soldées par une alternance paisible. On a ainsi assisté à l’issue pacifique de la crise qui secoue le Sénégal depuis les élections de 1988, et que Diouf avait tenté de gérer principalement par des manœuvres de décompression par le haut. L’extrême focalisation sur de telles procédures de décompression politique pour répondre aux demandes des représentants de la petite bourgeoisie urbaine voulant assurer la promotion de leur propre personnel politique, a conduit à ne pas prêter attention aux mouvements sociaux qui contournent l’espace des partis politiques. Or, c’est de ce secteur que viendront les mouvements de contestation mettant en péril le régime et les plus forts soutiens à l’esprit de changement incarné par le Sopi-changement-de Me Wade.

Effectivement, c’est le Pape du Sopi qui prendra les règnes du pays à compter de cette première alternance au Sénégal. Figure emblématique de ce changement voulu par les Sénégalais, Amath Danokho, .

Toujours à cause de son franc parlé, Amat Dansokho coupe les amarres avec Wade. Comme ce fut le cas avec Diouf, il n’a pas du tout apprécié la gestion du pays par Wade. C’est le désaccord entre les deux hommes politiques. Avec ses compagnons comme Moustapha Niasse, Abdoulaye Bathily, Ousmane Tanor Dieng, ils soutiennent Macky Sall contre Wade au second tour de la Présidentielle de 2012.

Le Pit qu’il dirige devient ainsi un membre influent de la coalition présidentielle Benno Bokk Yaakaar. Pilier incontournable de Bby, il a été, malgré sa maladie, de toutes les campagnes pour la victoire de cette coalition. Ainsi jusqu’à son dernier souffle, il était ministre d’Etat auprès du président de la République.