Accueil Actualités Dansokho : « Si je meurs, je ne voudrais pas d’hommage folklorique…»

Dansokho : « Si je meurs, je ne voudrais pas d’hommage folklorique…»

Af9d20bb5e85fba0c5ce4964b9c99c65273b5f3c

En 2010, Amath Dansokho avait avancé des propos qui avaient valeur de testament : « Si je meurs, je ne voudrais pas d’hommage folklorique, l’estime du peuple me suffit. Je regrette le fait que l’estime dont je bénéficie de la part des couches populaires ne se traduit pas dans l’urne. Devenir président de la République du Sénégal ne m’a jamais effleuré l’esprit. Sidy Lamine Niasse a joué un rôle important pour mon entrée dans le gouvernement de Diouf. J’aime Abdoulaye Wade, c’est plus fort que moi. S’il arrive malheur à Karim, je porte plainte contre Wade».

C’était dans une interview accordée en 2010 au défunt quotidien Walf Grand Place.

Le leader historique du Parti de l’indépendance et du travail (PIT), Amath Dansokho est décédé vendredi à Dakar des suites d’une longue maladie, à l’âge de 82 ans. Il était «un homme de conviction et de foi», a témoigné le président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse.

Le leader de l’Alliance des forces de progrès (AFP) ajoute que «l’ancien maire de Kédougou n’a jamais varié dans son choix et son option pour notamment le respect des droits humains, à la démocratie».

«Il a vécu en homme austère mu par la recherche du bien et de la vérité. Amath Dansokho était un leader et donnait toujours l’exemple», a encore réagi le président de l’Assemblée nationale sur Radio Futurs Médias (RFM).

Pour la présidente du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Aminata Touré, toujours sur la Rfm quant à elle, a loué les nombreuses qualités du leader historique du PIT, qu’elle a décrit comme «un homme de conviction et de refus».

A l’en croire : «un combattant s’est reposé aujourd’hui», non sans saluer la mémoire d’un «journaliste professionnel» qui avait un «vaste savoir».
Senegal7