Accueil Actualités Date des Locales : Vers un dialogue de sourds entre majorité et opposition

Date des Locales : Vers un dialogue de sourds entre majorité et opposition

Locales

Le coup d’envoi est donné ce mercredi 19 août pour la poursuite du dialogue national après un moment de pause occasionné par la crise sanitaire.

Le Général Mamadou Niang, président de ladite Commission, a convoqué, aujourd’hui, les différents acteurs pour discuter des modalités de reprise du dialogue. Il sera également question de rassurer sur le suivi de l’audit du fichier électoral et de l’évaluation du processus électoral.

De ces deux points pourrait dépendre un autre report des élections locales prévues en mars 2021. Ce qui ne manquera pas de créer une vive tension entre les différents acteurs qui risque d’aboutir à un dialogue de sourds. En ce moment, il reviendra au chef de l’Etat de trancher. La suite est connue.

 Le fichier électoral au centre des critiques

Parmi les préoccupations soulevées par l’opposition : l’audit du fichier électoral, déjà très critiqué lors du scrutin présidentiel de février 2019, et l’évaluation de celui-ci. « En août dernier, nous avons trouvé un accord avec le pouvoir sur ces points. Mais les travaux n’ont toujours pas commencé. Or ce sont des prérequis à la tenue des locales », précise Moctar Sourang, coordonnateur du Front de résistance nationale (FRN), qui rassemble une partie de l’opposition.

S’il se réjouit qu’une date limite soit fixée « parce qu’il fallait bien le faire », l’opposant déplore « une décision prise unilatéralement par l’exécutif ». « Nous aurions souhaité être tenus au courant d’une décision aussi majeure que celle-ci, plutôt que de l’apprendre dans la presse. »

Tenue des Locales dans les meilleurs délais

Le FRN espère une tenue des élections « dans les meilleurs délais », bien que Moctar Sourang souligne la nécessité « de prendre le temps de revoir les conditions électorales existantes. Mais selon nos prévisions, si les travaux commencent dès novembre, les locales devraient pouvoir se tenir fin 2020 », estime-t-il.

Les parrainages de la discorde

En plus d’une révision du fichier électoral, les participants au dialogue politique devront revenir sur les deux nouvelles mesures annoncées en juillet dernier par le ministre de l’Intérieur, visant à rationaliser le nombre de candidatures : l’instauration d’une caution et des parrainages citoyens.

Des nouvelles règles qui avait suscité l’inquiétude d’une partie de l’opposition, comme celle du député Ousmane Sonko qui dénonçait alors une « fragilisation du pluralisme politique sénégalais ». L’opposition et la majorité auront donc un peu moins d’un an et demi pour s’accorder sur les règles électorales à mettre en place.

  Mars 2021 «au plus tard»

Cette date choisie par le pouvoir en place va sans nul doute créer une autre tension. Car, l’opposition et la société civile accusent le pouvoir de dilatoire.

Parce que des dates ont été retenues par la tenue de ces élections, mais Macky Sall et son camp ont préféré choisir une date qui leur convient. Finalement, après deux reports, le pouvoir a retenu la tenue des élections municipales et départementales « au plus tard le 28 mars 2021».

Pape Alassane MBOUP-Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici