Accueil Actualités De l’illégalité à l’illégitimité : Quand les maires pataugent (Par O Wade)

De l’illégalité à l’illégitimité : Quand les maires pataugent (Par O Wade)

O WADE

De l’illégalité à l’illégitimité, les Maires pataugent dans les déchets et les inondations. Reporter des Elections locales est devenu une habitude au Sénégal, pire même une tradition.

En effet, depuis 1996 les élections municipales et départementales ne se sont pas tenues à date échue; la majorité trouve toujours le prétexte politique pour les repousser et protéger ses arrières. Celles de 2019 n’ont pas fait exception: prévues le 24 mai 2019, elles ont été repoussées (et non reportées selon l’ancien Ministre de la Justice Ismaila Madior Fall) jusqu’au 1er décembre 2019, et viennent d’être reportées (cette fois-ci selon le Ministre de l’Intérieur Aly Ngouille Ndiaye) à une date qui reste à être déterminée.

Le mandat des Maires et Présidents de Conseil départementaux a alors, légalement, pris fin depuis le 24 mai 2019, mais ces derniers, du fait du report, continuent d’exercer leurs pouvoirs sans restriction aucune. Et tout ceci dans une parfaite illégalité parce que jusqu’à présent, à ma connaissance, aucun décret prorogeant le mandat des conseillers municipaux et départementaux n’a été pris dans ce sens; et dans ce cas précis, la Loi prévoit que les Préfets veillent à l’exécution de certaines décisions. Et dans l’absolu, même s’il devait y’avoir prorogation, le Décret, dans l’élégance de la Loi, devrait être pris avant la fin du mandat des Élus pour éviter ce vide juridique.

Illégaux, ils le sont! Mais pire même ils sont devenus illégitimes parce que complètement absents ou dépassés dans la prise en charge des préoccupations de leurs administrés. De Matam à Dakar, en passant par Saint-Louis, Linguère, Kaffrine, Kaolack ou Ruffisque, les Maires et les populations s’embourbent et étouffent dans l’insalubrité, l’obscurité et les inondations. Et face aux doléances de ces populations meurtries, les Maires et Présidents de Conseils affirment constituer eux-mêmes des Doléances face l’Etat central parce que dépourvus de moyens et perdus par l’acte III de la Décentralisation.

Du moment que le Dialogue National est lancé et que des décisions majeures touchant même au mode d’élection du Maire y sont attendues, que le report de ces joutes est effectif, et que, ironie du sort, le Maire de la Capitale Khalifa Sall séjourne toujours en prison et le Président de ces Maires est mouillé dans un scandale à 6000 Milliards de FCFA, l’Etat conscient et conséquent devait prendre un Décret pour :

-Mettre fin aux Mandats de tous les Elus locaux
-Installer des délégations spéciales dans toutes les collectivités territoriales
-Et saisir cette opportunité pour parfaire et corriger toutes ces incongruités créées par l’Acte III de la Décentralisation. Pour que respire notre Démocratie locale !!!

Ousmane Wade coordonnateur Bokk Gis Gis St Louis, membre Secrétariat Exécutif National

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici