Accueil Non classé DÉCÈS D’ARTISTES: Ces musiciens ‘’tombés’’ sur scène

DÉCÈS D’ARTISTES: Ces musiciens ‘’tombés’’ sur scène

DÉCÈS D’ARTISTES: Ces musiciens ‘’tombés’’ sur scène

Papa-Wemba L’annonce du décès de Papa Wemba ce week-end a choqué beaucoup. Surtout ceux qui suivaient régulièrement cet artiste. Parce qu’ils étaient au courant du concert qu’il devait animer à Abidjan. C’est sur cette scène qu’il a fait un malaise à la suite duquel il est rappelé à Dieu. Avant lui, d’autres sont morts de la sorte ou presque.

Tomber sur le champ de bataille est synonyme d’honneur chez les militaires. Tomber sur une scène en pleine prestation doit l’être tout autant pour un artiste. Un ‘’honneur’’ que Papa Wemba est, à ce jour, le dernier à connaître dans la sphère artistique.

En effet, il est décédé dimanche à l’aube à Abidjan suite à un malaise alors qu’il animait un spectacle du Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua). Une rencontre annuelle initiée par ses cadets ivoiriens réunis au sein du Magic Système. Seulement, le ‘’Pape de la Sape’’ n’est pas le seul musicien à avoir succombé, micro à la main. D’autres ont, comme lui, eu des malaises sur scène ou en allant à une prestation avant de partir à jamais. Le monde de la musique a déjà vu ce qui s’est passé ce week-end dans la capitale ivoirienne.

Le chanteur séné-gambien Moussa Ngom a connu, lui également, presque le même sort. Comme le ‘’roi de la Rumba’’, il est mort un dimanche matin. Il avait auparavant joué sur la scène du Just For U avant un spectacle du Super Diamono, formation musicale avec laquelle il avait cheminé à ses débuts en terre sénégalaise. C’est avec elle qu’il a fait ses adieux à son public. Ce samedi soir-là, certains l’avaient trouvé un peu affaibli sur scène, mettant cela sur le compte de l’âge. Peu de temps après être descendu de scène, Moussa Ngom se plaignait de problèmes respiratoires.

Discrètement, son fils avec qui il joue très souvent l’amène à l’Hôpital Le Dantec où il décède à l’aube du 12 octobre 2015. Avant lui, en novembre 2008, la star sud-africaine Myriam Makéba avait ainsi, elle aussi, terminé ses jours. Après avoir chanté dans un concert en l’honneur d’un écrivain menacé de mort par la mafia à Caserte dans le sud de l’Italie, l’auteure de ‘’Pata-pata’’ et grande figure de la lutte contre l’apartheid avait perdu connaissance après le show. Transportée dans une clinique italienne, elle y pousse son dernier souffle à 76 ans.

En outre, ce n’était pas la première fois qu’elle perdait connaissance sur scène. Invitée au Sénégal en 2004 par le producteur et initiateur d’Africa Fête Mamadou Konté, Myriam Makéba a eu un malaise sur scène. Elle prenait part à un plateau musical que Konté organisait pour le compte de Plan Sénégal. Mais cette-fois-là, elle s’en était bien sortie. La chance ne lui a pas souri une deuxième fois. Malheureusement. Au début de l’année 2016, un danseur sénégalais est mort en pleine répétition. La faucheuse a frappé Joseph Bousanzy dit Jo Coly, chorégraphe et directeur du ballet Forêt Classée, le 3 janvier dernier. Laissant ainsi orphelin tous les danseurs et artistes qui fréquentaient le centre culturel Blaise Senghor.

Si le sort de certains de ces artistes a du être triste pour leurs publics, ils doivent se réjouir du fait qu’ils ont pu les voir au moins une dernière fois sur scène avant qu’ils ne partent. Il y en a qui n’ont pas pu. Comme ces milliers de spectateurs sénégalais qui attendaient avec impatience que leur idole d’alors, Aboubacar Demba Camara, leur livre un spectacle qui allait être, sans nul doute, de haute facture. Un spectacle qu’ils n’ont jamais pu voir. La star du ‘’Bembeya Jazz’’ de Guinée n’est pas allée plus loin qu’aux Mamelles.

Arrivé à l’aéroport de Dakar en provenance de Conakry le 31 mars 1973, pour y animer un bal et participer à différentes manifestations dont chanter un hymne en l’honneur du Président poète Léopold Sédar Senghor après sa prestation de serment à l’Assemblée nationale, le 2 avril, pour un 4e mandat, Aboubacar Demba Camara n’y sera jamais. Il est victime d’un accident de voiture. Et d’après le site www.africaguinee.com, ‘’dans son édition du 6 avril, Le Soleil publie le témoignage d’Ahmet Tidiane Diop, animateur à la radiodiffusion nationale, qui raconte : ‘’A 22h 10 samedi dernier, à un virage devenu tristement célèbre, à hauteur du Phare des Mamelles, une 504 dérape, glisse sur une cinquantaine de mètres, fait trois tonneaux puis s’immobilise sur le côté gauche de la route. Trois blessés sont retirés des restes de la voiture.’’

WWW.DAKAR7.COM

 

Rédigé Sénégal7 le Mercredi 27 Avril 2016 à 16:42

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici