L'Actualité en Temps Réel

Décès de bébé à la crèche de la Cigogne : « Plus jamais ça », (Frapp)

L’affaire du bébé S. Dia meurt dans la crèche « La Cigogne bleue » intéresse encore le mouvement Frapp France Dégage. Se basant sur les révélations de l’enquête, Guy Marius Sagna et Cie déplorent une négligence notoire de la part des autorités qui ont en charge la petite enfance au Sénégal. A travers un communiqué transmis à Senegal7, la famille et défunt et le Frapp invitent l’Etat du Sénégal à mener une enquête impartiale afin de situer les responsabilités à un niveau plus élevé.

Voici, in extenso, le communiqué 

Le FRAPP et la famille Dia suivent avec intérêt l’évolution du dossier de l’enfant décédé à la crèche la cygogne bleue.

La famille Dia et le FRAPP prennent acte des arrestations effectuées dans cette affaire.

Toutefois, en nous basant sur les révélations de l’enquête, nous avons noté une négligence notoire de la part des autorités qui ont en charge la petite enfance au Sénégal. Ces autorités ont laissé une structure d’accueil de la petite enfance (crèche) exercée dans l’irrégularité même après avoir fait un contrôle suite au décès du bébé.

Nous appelons l’Etat du Sénégal à travers son ministère en charge de la petite enfance à mener une enquête impartiale afin de situer les responsabilité à un niveau plus élevé afin que ce genre de négligence disparaisse dans ce pays. Les enfants de ce pays doivent être protégés et le premier pas à faire pour manifester cette volonté, c’est de situer les responsabilités jusqu’au plus haut niveau, de prendre les mesures adéquates et d’aller vers la réglementation sans délai des structures d’accueil de la petite enfance. Nous continuerons de suivre l’évolution de ce dossier et sommes déterminés à nous battre pour le bien être de tous les enfants du Sénégal.

C’est aussi l’occasion d’interpeller à nouveau l’Etat du Sénégal sur les recrutement clientélistes des animateurs polyvalents des cases des tout petits dont sont victimes les animateurs polyvalents qui ont fait parfois près de 10 ans de bénévolat et qui voient la clientèle politique des membres de l’APR envoyée en formation à leur détriment.