Décès d’Ibrahim Boubacar Keïta : De l’universitaire à l’homme d’Etat

0

Ibrahim Boubacar Keita est né le 29 janvier 1945 à Koutiala. À l’âge de 13 ans, il se rend en France pour y poursuivre ses études secondaires. Après l’obtention de son baccalauréat, il a étudié à la faculté des lettres de l’Université de Dakar puis à l’Université Panthéon-Sorbone.

Il est titulaire d’une maîtrise d’histoire et d’un diplôme d’études approfondies en politique et relations internationales. Ibrahim Boubacar Keita occupe plusieurs postes dans des organisations européennes basées au Mali.

Il a notamment été le directeur-représentant de l’Ong Terre des Hommes France. L’ancien président malien (2013-2020) Ibrahim Boubacar Keïta est décédé au Mali ce dimanche 16 janvier, à l’âge de 76 ans. Les réactions de personnalités comme de citoyens maliens anonymes ont afflué pour lui rendre hommage ou évoquer plus factuellement son bilan.

De son côté, la junte malienne a présenté ses « sincères condoléances » dans un communiqué. Le texte précise que les informations relatives à la cérémonie funéraire feront l’objet d’un autre communiqué. Il faut donc peut-être s’attendre à des obsèques nationales, en tout cas avec la participation des plus hautes autorités maliennes.

Parmi les chefs d’État étrangers, l’ancien président nigérien Mahamadou Issoufou a été l’un des premiers à réagir au décès de l’ancien président malien. Il a dit avoir ressenti une immense tristesse lorsqu’il a appris la mort de son ami et compagnon de lutte politique, depuis 30 ans.

C’est avec beaucoup de tristesse, avec une immense tristesse que je viens d’apprendre la disparition du président Ibrahim Boubacar Keïta. […] Je retiens de lui le souvenir d’un homme cultivé, d’un grand patriote et d’un panafricaniste engagé. Je perds vraiment en lui un ami et un camarade.

En Côte d’Ivoire, le président ivoirien Alassane Ouattara « rend hommage à un grand homme d’État et un ami de la Côte d’Ivoire ». Il présente ses « condoléances les plus émues à son épouse Ami, à sa famille, ainsi qu’au peuple malien ». Mêmes mots dans la bouche de son homologue sénégalais Macky Sall qui présente ses condoléances émues à sa famille et au peuple malien « ami et frère ».

L’homme politique et opposant tchadien Saleh Kebzabo connaissait IBK depuis plusieurs décennies, alors qu’il vivait à Paris, en France. C’était, dit-il, un homme qui aimait la vie, mais également un homme de pouvoir. «Très vite, quand il est rentré dans les cercles du pouvoir, il s’est fait remarquer, notamment quand il était Premier ministre sous Alpha, avec sa poigne qu’il a laissée comme souvenir au Maliens […]

Malheureusement, avec l’effet du pouvoir et surtout cette gangrène qui ronge le Mali depuis au moins une cinquantaine d’années, comme d’autres avant lui et certainement d’autres après lui, il n’a pas su, pu, prendre la bonne mesure de la situation, face au phénomène montant du jihadisme qui finalement l’a emporté. J’ai connu un homme très jovial dans le privé, aimant beaucoup blaguer, aimant toujours écouter les autres pour passer un bon moment. C’est cela qui me manquera le plus dans IBK »,témoigne un de ses proches.

Assane SEYE-Senegal7

 

Leave a comment