DEMBA MOUSSA DEMBELE, ECONOMISTE, PRESIDENT DE L’ARCADE « on n’atteindra pas l’émergence avec le Franc Cfa »

0

Le Franc CFA, regroupant l’Union Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (UEMOA) et la Communauté Monétaire des Etats de l’Afrique Centrale (CEMAC), suscite aujourd’hui diverses polémiques de la part d’intellectuels africains et d’hommes politiques. En 2015, Idriss Deby Itno, Président tchadien, avait remis en cause l’utilité au sein des pays membres de la zone du FCFA d’une telle monnaie qui date de 1945. Dans ce même combat, des écrivains africains ont fait une étude de recherches aboutissant à un livre intitulé « Sortir l’Afrique de la servitude monétaire : A qui profite le franc CFCA ? ». 

Dans un entretien accordé à Rewmi Quotidien, l’un des cosignataires, Demba Moussa Dembélé, Economiste et Président de l’Africaine de recherche et de coopération pour le développement endogène (Arcade), explique comment le Franc CFA est un outil de servitude et de domination pour la France au détriment des pays membres de la zone du FCFA. Ainsi, face à cette servitude, Demba Moussa Dembélé préconise une monnaie unique pour les pays de la CEDEAO afin de pouvoir assurer leur développement et leur souveraineté. Il reste convaincu qu’avec le Fcfa, il n’y aura point d’émergence.

Vous avez récemment écrit un livre avec d’autres écrivains africains, pourquoi le titre « Sortir l’Afrique de la servitude monétaire : A qui profite le franc CFCA ? »

Le titre, c’est tout simplement pour expliquer que nous sommes dans une servitude qui est le franc FCFA. Celui-ci est un outil de servitude, de domination et de contrôle par la France. Cette monnaie a été créée en 1945 et c’était pour assurer la mainmise de l’empire français sur ses colonies. Donc, ce n’était pas pour développer les pays africains, mais pour les exploiter davantage. Ainsi, ce titre évocateur vient pour dire aux dirigeants africains et citoyens, que nous sommes dans une situation de servitude qui explique, entre autres, pourquoi nous n’arrivons pas à nous développer.

Dans vos déclarations, vous avez soutenu que le FCFA est contreproductif au regard du développement de l’Afrique.Comment expliquez-vous cela ?

Il se trouve que les politiques monétaires des pays africains sont déterminées par les priorités de la France et de la Banque centrale européenne. Ici, la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) dit que sa priorité est la lutte contre l’inflation. C’est absurde pour les pays en voie de développement qui ont besoin d’investir et de créer des capacités de production, des emplois. Maintenant, quand elle dit qu’elle donne la priorité à la lutte contre l’inflation, cela veut dire que l’on va restreindre le crédit et ce qui fait que beaucoup de Petites et Moyennes Entreprises (PME) ne peuvent pas s’autofinancer. Or, notre tissu économique est composé pour l’essentiel de PME et celles-ci n’arrivent pas à se financer. Dans ce cas, il n’est pas possible de créer des emplois. Pour le bilan, les pays qui utilisent cette monnaie du FCFA sont classés par les Nations Unies comme les pays les moins avancés. Cela prouve que le FCFA est un des freins de l’économie africaine. Bien évidemment, il n’est pas le seul.

 Vous avez déploré l’arrimage du FCFA à l’Euro. Etes-vous pour la convertibilité du F CFA ou la parité fixe avec l’Euro ?

Nous, ce que nous voulons, c’est nous débarrasser totalement du FCFA. Toutes les réformes entreprises depuis que nous sommes indépendants, n’ont absolument rien donné. Nous avions cette parité fixe que vous évoquez par rapport au Franc français d’abord, ensuite quand il a disparu avec l’Euro, nous avons cette parité fixe avec l’Euro. Or, l’Euro est une monnaie forte et nous sommes des pays sous-développés. Mais, nous avons énormément de choses à construire. Si nous avions un taux de change fixe vis-à-vis de l’Euro, cela voudrait dire que nous évoluerions par rapport aux autres devises. Si l’Euro monte avec le dollar, nous aussi nous montons avec l’Euro, ce qui est absurde et ce qui fait que nos exportations sont handicapées parce que si la monnaie est très forte, nos produits seront moins vendus à l’extérieur. Ce qu’il nous faudrait, c’est avoir notre propre monnaie, voire notre propre politique monétaire qui sera fixée en fonction de nos priorités.

Parmi les facteurs bloquants, ces 50% déboursés pour les réserves de change auprès du trésor français, n’est-ce pas une forme d’exploitation ?

Evidemment, cela fait partie de la servitude parce qu’ils nous obligent à déposer ces 50%. Imaginez que la Banque centrale européenne dépose 50% de ces réserves à Washington, au niveau de la réserve fédérale, de quelle marge de manœuvre disposerat-elle ? En réponse, elle sera très faible. Et c’est exactement ce qui se passe chez nous. Ces 50%, ce sont nos ressources et nous sommes obligés de les immobiliser auprès du trésor français et en même temps, nous nous endettons pour financer nos programmes de développement. Voyez- vous ce paradoxe !

Le Président Macky Sall a parlé de « monnaie stable » depuis la France, parlant du FCFA. Partagez-vous cet avis ?

Vous savez, c’est l’argument qu’utilisent depuis toujours les partisans du FCFA. Cest politique de dire que le FCFA est une monnaie stable, donc, il faut la garder. Je m’explique : parmi les pays africains qui ont leurs propres monnaies, beaucoup d’entre eux ont des performances économiques plus élevées que celles du FCFA en termes de croissances, de créations d’emplois et d’investissements étrangers comme le Ghana ou le Nigeria. Ces pays ont des monnaies moins stables que le FCFA, mais qui attirent beaucoup plus de capitaux que nous, avec des taux de croissances plus élevés que les nôtres. Ces exemples illustratifs montrent que le FCFA n’est pas un atout pour nous. Au contraire, cette stabilité dont il parle est un handicap. Celle-ci est battue sur le resserrement du crédit et surtout sur la priorité donnée à l’inflation. L’on dit que l’inflation est à 2% et il faut surveiller le crédit à l’Etat. Et voilà ce qu’ils appellent la stabilité de la monnaie FCFA. Moi, j’appelle cette stabilité une stabilité dans la pauvreté et la misère. A quoi ça sert cette stabilité ?

La Cemac, lors de son sommet extraordinaire à Yaoundé, a écarté la dévaluation de la monnaie du FCFA et n’a pas jugénécessaire une parité monétaire. Cette déclaration est similaire à celle de Macky Sall quand il parle de monnaie stable. Ces prises de position ne sont-elles pas politiques pour snober la réalité ?

Ce sont des politiques que le FMI lui-même impose à nos pays, en l’occurrence les politiques d’austérités budgétaires et de contrôle de crédit. C’est à leur avantage. Ce qui est curieux, c’est que nos chefs d’Etats parlent de stabilité, mais jamais de créations d’emplois favorisées par le FCFA. Le Président de la République Macky Sall, si vous regardez dans tout son discours, n’a jamais évoqué des bénéfices en termes de croissances et d’emplois qu’apporte le FCFA ; il dit tout simplement que c’est stable. Et le taux de pauvreté augmente au même titre que le taux de chômage. Les jeunes continuent de s’adonner à la mort en prenant toujours les pirogues. Cette monnaie continue à faire sombrer leur avenir parce que les priorités politiques de la monnaie freinent le développement et c’est ça le drame du FCFA.

L’impossible interconnexion des systèmes de paiement de banques se fait remarquer entre l’Uemoa et la Cemac. Ne pensez-vous pas régler cette problématique interne en priorité ?

Ce phénomène, c’est depuis la dévaluation de 94 ; c’est la France même qui nous a imposé cela. Avant cette dévaluation, il y avait cette interchangeabilité entre les deux zones. Ce qui rend cette servitude encore plus insupportable, c’est que nous ne pouvons pas interchanger nos monnaies, mais entre la France et nos pays, il y a la liberté des transferts de capitaux. Cela revient à dire que la France se sert toujours de nos ressources des deux côtés et qu’entre nous, ce n’est nullement possible. Notre zone Uemoa qui est d’ailleurs la plus forte, a la chance d’arriver à une monnaie unique dans la Cedeao. Si nous arrivons à adopter la monnaie unique en 2020, elle va porter un coup fatal au FCFA. La zone Cemac va forcément quitter le FCFA ou venir nous rejoindre. Etant donné que les deux zones se sont séparées depuis 94, nous avons la possibilité d’avoir une monnaie unique dans la Cedeao qui regroupe les 15 pays.

Mais pourquoi le Président de la République n’est-il pas en phase avec vous dans le combat que vous menez ?

Le Président de la République a parlé en France, il ne pouvait pas dire autre chose. Si c’était à Dakar, il ne dirait pas ouvertement qu’il est contre le FCFA, nous le comprenons. Mais si vous écoutez sa déclaration, c’est très nuancé. Pour nous, les Chefs d’Etats ne vont jamais dire sur la place publique qu’ils veulent se débarrasser du FCFA parce qu’il n’y a pas encore de consensus entre eux face à une telle décision. Dans la déclaration de Macky Sall, il y a quelque chose de positif parce qu’il ne rejette pas la possibilité d’une monnaie unique. D’ailleurs, nous lui avons envoyé le livre pour qu’il ait plus d’aperçus sur cette bonne cause. Nous envisageons un dialogue avec les politiques afin de leur expliquer comment la monnaie FCFA est un frein au développement économique. Maintenant, la décision revient au Président de la République. Le FCFA nous est imposé par la France, ce n’est pas notre monnaie. Quand la monnaie a été créée en 1945, beaucoup de pays, y compris ceux du Maghreb, ont été membres de Franc français tels que l’Algérie, le Maroc mais après l’indépendance, ils ont claqué la porte. Maintenant, il ne reste que quatorze pays (14) dont huit (8) de l’Uemoa et six (6) de la Cemac.

Si ces pays adoptent une monnaie unique, cela n’aboutira-t-il pas à une cassure sur le plan financier entre le FMI et ces pays ?

Est-ce que vous savez que le FMI ne finance plus le Sénégal ? Le monde a tellement changé, il y a des pays qui sont prêts à coopérer avec l’Afrique. Si vous prenez la Chine, elle est plus riche que les pays occidentaux. C’est pourquoi ces derniers courent derrière elle pour chercher des prêts. Celle-ci est prête à une parfaite collaboration et dans des conditions meilleures. Contrairement au FMI, quand il vous finance, il vous propose des conditionnalités.

 Face aux facteurs bloquants comme la faiblesse économique et les problèmes d’intégration, ces pays seront-ils capables de créer leur monnaie unique ?

Dans tous les pays, il y a des facteurs bloquants, si vous prenez la zone Euro les pays ne sont pas au même niveau de développement, c’est pareil. Prenez le cas de la Grèce et de l’Allemagne, il n’y a pas photo au même titre que l’Espagne et la France. Pour vous dire que si la volonté politique est là, nous pouvons franchir les obstacles. Pour résumer, on ne peut pas émerger avec le FCFA.

Quels sont les avantages de la monnaie unique pour nos pays ?

L’avantage de la monnaie unique est qu’on aura la souveraineté sur notre monnaie. En outre, elle va booster l’économie locale et l’intégration des pays de la sous-région. Au lieu de déposer nos 50% des réserves de changes auprès du trésor français, nous allons les garder à d’autres fins utiles. Elle va aussi faciliter l’industrialisation dans l’espace CEDEAO grâce à nos ressources. D’ailleurs, l’Union africaine (UA) est aussi consciente d’avoir sa propre monnaie. Il y a deux chantiers en cours de l’UA : d’abord la création d’une Banque centrale et ensuite la création d’une monnaie africaine. Ce qui revient à dire que le combat que nous menons n’est pas seulement juste ici, mais aussi au niveau continental.

Entretien réalisé Safiyatou Diouf

Leave a comment