Accueil Actualités Démission forcée d’IBK : La légitimité décapitée

Démission forcée d’IBK : La légitimité décapitée

décapitée
Colonel Assimi Goita speaks to the press at the Malian Ministry of Defence in Bamako, Mali, on August 19, 2020 after confirming his position as the president of the National Committee for the Salvation of the People (CNSP). - The military junta that took power in Mali on August 19, 2020, asked that the population resume "its activities" and cease "vandalism" the day after the coup that ousted President Ibrahim Boubacar Keita and his government. (Photo by MALIK KONATE / AFP)

Le jour de mardi est un chat noir pour le Mali.Tous les coups de force ont eu lieu en ce jour depuis Modibo Keita, un mardi 19 novembre 1968, ensuite Moussa Traoré un mardi 26 mars 1991, Amadou Toumani Toure , un mardi 22 mars 2012 et cette fois Ibrahima Boubacar Keita ce mardi 18 août 2020.

La déposition d’IBK, président démocratiquement élu du Mali  et à deux reprises, est une véritable insulte à la démocratie qui ne devrait laisser personne indifférent. En effet,  ce sont tous les esprits républicains qui sont interpellés en ce sens qu’une injustice innommable se joue devant nous.

Contraint de démissionner l’ex locataire de Koulouba, imposante bâtisse , bâtie  en hauteur et qui surplombe Bamako, a dans la foulée annoncé la dissolution de l’Assemblée nationale.

Lui et plusieurs dignitaires de son régime  sont arrêtés par des militaires à la tête desquels se trouve le Colonel Sadio Camara, après que des bruits de bottes et des tirs nourris ont réveillé la capitale malienne au matin du mardi 20 août.

Les militaires réunis au sein du « comité national pour le salut du peuple  » ont affirmé leur volonté de mener une transition politique. A la manœuvre, Le colonel Assimi Goita nouveau président de la transition jusqu’à l’organisation de nouvelle élection.

Les autres membres du CNSP sont Colonel Sadio Camara, ex directeur général du Prytanée militaire de Kati, est accompagné du Colonel Diaw, du Colonel Cheikh Fantamady Dembélé et du Colonel Mamane Sekou Lelenta.

Après le putsch, la Cedeao,  comme d’habitude, a sorti un communiqué pour condamner ce coup de force. Elle a aussi décidé de fermer toutes ses frontières avec le Mali, de  suspendre toutes transactions avec le pays et exige la protection physique d’IBK  et des dignitaires arrêtés.  Pour quels effets ? Tout le monde sait que les putschistes n’ont rien à faire de ces décisions.

Il est vrai que depuis le mois de juin, le pouvoir d’IBK était contesté et sérieusement secoué par l’imam Dicko et ses partisans, la société civile et l’opposition.

Le président Keita n’était nullement gâté, écartelé qu’il était entre la montée  du terrorisme, le manque de cohésion sociale et nationale, la pandémie de la Covid 19 et le marasme économique qui ne fait que durer.

Même si les griefs portés  contre lui semblent indéniables, rien en l’état actuel de la démocratie, ne justifie ce coup de force. La légalité doit être rétablie pour le bien de la sous-région, nullement à l’abri de soubresauts.

Pape Alassane Mboup-Senegal7

 

 

 

18 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici