Accueil Actualités Des chaines des talibés aux menottes du Procureur : Il n’y a...

Des chaines des talibés aux menottes du Procureur : Il n’y a pas photo

D’un faisceau de violences, c’est toujours de la violence. Et la violence reste la violence. Le maître coranique est susceptible de violence tout comme le Procureur l’ait dans un contexte régalien. Le premier exerce la violence sur des talibés indécrottables, le second exerce la violence sur le citoyen rebelle à la loi. Les voies d’accès à la violence dans ce cas sont différentes mais leur jonction se rejoigne sur la violence elle-même. Le système Etatique Sénégalais est de type judéo-chrétien. Le maître-coranique symbolise le coran et l’Islam. Des chaines des talibés aux menottes du Procureur, il n’y a pas photo.

Un Etat calqué sur le modèle Chrétien et un Serigne Daara calqué sur le modèle islamique,il y aura forcément sujet à caution. Le maitre coranique de Ndiagne accusé d’enchainer ses talibés fugueurs est présenté devant l’opinion comme un tortionnaire d’une autre époque. La presse s’en est donnée à cœur joie avec en appoint des diatribes illustrés par des vidéos et photos qui choquent. Les organisations des droits de l’hommiste se sont levées pour décrier les fortes pressions de tiers qui travaillent à la libération du Serigne daaras. Mais dans cette affaire, la prudence devrait être de mise car il ne s’agit guère trivialement d’une simple affaire mettant aux prises talibés et Serigne Daara. Loin s’en faut. Mais il s’agit prosaïquement d’une dualité entre le symbolisme de l’Etat fondé sur le judéo-christianisme et un monde Islamique intransigeant sur ses prérogatives pratiquantes. En toile de fond, c’est l’éducation de type occidentale qui s’oppose à l’éducation coranique au demeurant. Leurs approches sont divergentes, leurs pédagogies contraires et leurs contenus différents. Des chaines des talibés aux menottes du Procureur, il n’y a pas photo. Comparaison n’est pas forcément raison mais pour cette fois-ci, s’en est une. Et cette brèche rappelle de manière troublante les méthodes scientifiques utilisées par le professeur Iba Der qui avait voulu retracer le sillage des illustres guides religieux dans le chapitre de l’histoire générale du Sénégal. Cela n’a pas du tout marché car c’est toujours le système judéo-chrétien qui tentait de peindre l’histoire religieuse de nos confréries. Cette dualité est toujours d’actualité et transcende la relation talibé et Serigne daara, mais aussi hommes politiques et organisation des droits de l’homme. Si le pouvoir de Macky travaille à la paix et à la concorde de tous les Sénégalais, cette affaire de talibé devrait être diligentée dans la plus grande sérénité. A contrario, demain il fera jour. Diantre !
Assane SEYE-Senegal7