L'Actualité en Temps Réel

Deux ans déjà derrière les barreaux : Si j’étais Khalifa, une fois libre…

0

Si j’étais Khalifa Sall, qui a bouclé ce jeudi 7 mars 2019, ces deux ans en prison, une fois libre, j’allais me donner les moyens de conquérir le pouvoir. Avec en toile de fond, un véritable besoin de survie politique avec comme point d’orgue, les élections locales de décembre prochain.

…Le pouvoir, rien que le pouvoir

Du fait que son emprisonnement a toujours été considéré comme un règlement de comptes politiques selon ses proches et ses avocats, Khalifa Sall ne doit pas baisser les bras. Il doit se battre une fois sortie de prison pour conquérir le pouvoir. Soit à l’intérieur du Ps, le parti politique auquel il appartient, ce qui ne sera pas du tout aisé pour lui, soit sous sa propre bannière ce qui est plausible en ce sens que son parti ne lui donnera pas les moyens de revenir au devant de la scène.

«La peine de prison de Khalifa Sall est un acte purement politique. On veut l’empêcher de participer à l’élection présidentielle de 2019», a déclaré Me Ousseynou Fall, un de ses avocats. Le Coordonnateur du Parti pour l’unité et le rassemblement(Pur) le professeur Issa Sall qualifie le procès de Khalifa Sall purement politique

A l’en croire : «il faudrait tout de même donner à Khalifa la possibilité de terminer son mandat de député et, s’ils ont des choses à faire plus tard, qu’ils le fassent. Nous persistons et nous maintenons que c’est une affaire politique».

Autant de choses qui ont fait dire à Khalifa Sall : «nous sommes déterminés et nous nous donnerons les moyens de reconquérir le pouvoir».

…Un véritable besoin de survie politique

Conscient des enjeux politiques de l’heure, Khalifa Sall avait déclaré lors d’une ses descentes à Guinaw-rail (l’une des deux principales communes du département de Pikine contrôlées par les socialistes) : «en 2009, nous avions gagné la majeure partie des communes. En 2014, nous avons connu un déclin. Il était donc, de notre devoir de venir encourager les responsables, mais surtout de les entretenir des stratégies que nous allons mettre en branle dans la perspective de la reconquête du pouvoir». Ce qui montre avec suffisance que l’ancien maire de Dakar ne compte pas lâcher du lest.

Et Khalifa Sall de déclarer : «rappelez-vous que nous sommes des héritiers de Senghor qui, il y a 60 ans, était dans une posture d’opposant avant de conquérir le pouvoir ».

En ce sens la bataille politique pour le contrôle de Dakar ne sera pas donnée sur un plateau d’argent. Du fait que Benno a conquis la capitale lors de la présidentielle, alors que Khalifa Sall était en prison.

Déjà, les différents responsables en compétition rivalisent d’ardeur en direction des élections locales de décembre prochain.

Si j’étais Khalifa Sall qui a soutenu Idrissa Seck à la dernière présidentielle, une une fois dehors, je vais reconfigurer la coalition «Taxawu Sénégal» ou créer mon propre parti politique pour une fois de plus couper les amarres avec le Parti socialiste.

Derrière sa détermination de humer l’air pire de la liberté, se cache si j’étais l’ancien maire de Dakar, un véritable besoin de survie politique. Pour ne pas se faire écraser en perspective des prochaines joutes électorales, lui et son camp sont obligés de s’activer sur le terrain et de batailler ferme afin d’exister politiquement. C’est d’ailleurs, ce qui explique la multiplication des sorties de son lieutenant, Barthélemy Dias qui se fait entendre au fur et à mesure qu’on s’approche d’une situation favorable à l’élargissement de son mentor, qui selon des sources bien informées, pourrait sortir de prison, avant l’entame même du dialogue national voulu par le président réélu.
senegal7

laissez un commentaire