Dialogue national : Quand le pouvoir rame à contre-courant ?

0

Massalikul Jinane a été le déclic des retrouvailles entre les présidents Macky et Wade par la grâce de Serigne Mountakha Bassirou Mbacké.S’ensuit la libération de Khalifa Sall .Et les Sénégalais se félicitaient de ce début de décrispation du climat politique national. Mais au-delà des apparences, l’affaire Ousmane Sonko s’est révélée tenace au beau milieu de ce climat d’apaisement. Son immunité parlementaire serait sur le point d’être levé et la suite personne ne se le fera raconter. Du coup, la question est de se demander si ce dossier mitoyen à celui de Karim Wade et de Khalifa Sall ne ferait pas l’objet de consensus et d’éclairage unanime pour qu’enfin le climat de décrispation tant souhaité par les Sénégalais soit effectif ?

Parler d’affaire privée entre Ousmane Sonko et Mamour Diallo est tout à fait relatif. Entre l’Etat du Sénégal, la Crei et Karim Wade, qu’en est-il ? L’on peut bien parler d’affaire privée car l’Etat a une personnalité morale .Et c’est par son biais que Karim Wade a été épinglé dans le cadre de la traque aux biens mal acquis. C’est le même scénario entre Khalifa Sall et l’Etat. Quid d’Ousmane Sonko et Mamour Diallo. Ainsi,au-delà de cette querelle sémantique qui tend à différencier les procédures et les dossiers en instance, tout ce train-train relève de la politique politicienne. Quand Serigne Mountakha Bassirou Mbacké imprime ses marques par la grâce de Serigne Touba Khadimou Rassoul, Wade et Macky se sont retrouvés. Khalifa Sall est sorti de prison et Ousmane Sonko livré à lui-même. Diantre ! Si réellement le pouvoir a enclenché un dialogue national afin que tous les fils de ce pays se retrouvent autour de l’intérêt supérieur de la nation, l’affaire Ousmane Sonko et Mamour Diallo n’aurait jamais nécessité de mobiliser toutes les Institution de la République en vue d’un règlement de compte politique entre adversaires. Car, ce qui se trame sous nos cieux ressemble fort à une instrumentalisation à outrance des Institutions pour régler des comptes politiques. Si une telle approche se précise au gré du temps, il sera clair que le pouvoir démontrera à la face du monde sa capacité à ramer à contre-courant du dialogue national qu’il a enclenché de toute pièce. Pour sûr, demain il fera jour. Diantre !
Assane SEYE-Senegal7

Leave a comment