Accueil Actualités Dialogue politique : Faut-il abroger la loi sur le parrainage...

Dialogue politique : Faut-il abroger la loi sur le parrainage ?

Dialogue

La  suppression du parrainage pour les élections locales est l’un des points sur lesquels, les acteurs du comité du dialogue politique sont tombés d’accord. Mais le grand hic, c’est que ce parrainage perçu comme un filtre du pouvoir pour e choisir  ses adversaires lors de l’élection présidentielle est un dénis de justice qui pose  toujours plus de problème qu’il n’en résout. Aujourd’hui, l’histoire a donné raison à ceux qui combattaient cette option qui n’était rien d’autre qu’une manière docte du pouvoir d’écarter des adversaires politique gênants.

Biaiser les principes démocratiques et dévoyer le choix des électeurs, c’est ce que le parrainage est parvenu à faire dans un pays qui s’appelle le Sénégal.

Le Conseil constitutionnel sénégalais avait rejeté 19 des 27 dossiers de parrainage déposés en vue de la présidentielle de 2019.

L’opposition y voyait une volonté d’éliminer les challengers qui devaient faire face au président sortant, Macky Sall. Ainsi à l’arrivée, le Conseil constitutionnel a validé cinq candidatures  dont Macky Sall,Idrissa Seck, Madické Niang, Ousmane Sonko et Issa Sall. Karim Wade et Khalifa Sall avaient réussi l’étape du parrainage mais recalés par leurs dossiers judiciaires.

Pape Diop, Malick Gackou, Abdoul Mbaye, Amsatou  Sow Sidibé et compagnie ont été tous recalés par le parrainage. Mais à y voir de près, les procédures n’étaient pas clairs dans cette affaire.

Le prétexte avait été béton pour le pouvoir qui disait ne pas  être à mesure de faire face à la pléthore de candidatures. Face à ses militants après l’adoption à l’Assemblée nationale du projet de loi sur le parrainage, le président de la République Macky Sall, s’est exprimé en France.

Selon lui, «  au moment actuel des choses, il y’a à peu près 300 partis politiques. Le ministère de l’Intérieur reçoit plus de 20 demandes de création de parti par mois. Si on n’arrête pas ça, on allait se retrouver avec plus de 500 partis au Sénégal avant l’élection présidentielle.

On a jamais vu dans le monde, une élection où il y’a plus de 40 listes. Pourquoi on doit accepter cela au Sénégal. Cela finira par tuer la démocratie. »

C’est ces termes en effet que le Chef de l’Etat a tenu à justifier le parrainage. Mais aujourd’hui sa suppression dans le cadre des locales  fait l’unanimité au sein de la classe politique nationale.

Toutefois, il était plus judicieux de l’abroger afin de requinquer la démocratie sénégalaise. Car, il n’est plus question de laisser le pouvoir dévoyer le choix des sénégalais ou alors écarter aussi trivialement des adversaires politiques.

Le Sénégal ne peut se prévaloir d’être une vitrine démocratique en Afrique au Sud du Sahara et s’employer au parrainage pour soustraire de la course présidentielle des  candidats gênants pour le pouvoir.

Assane SEYE-Senegal7

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici