L'Actualité en Temps Réel

Dialogue politique: Le quinquennat de la dernière chance.

0

Les cinq prochaines années verront le début de l’exploitation de nos nouvelles ressources minérales, sur lesquelles notre peuple fonde beaucoup d’espoirs, tout en étant conscient des dangers liés à la malédiction du pétrole.

C’est dire, que ce deuxième mandat, quoique usurpé et illégitime, devrait donner lieu, sous peine de convulsions politiques incontrôlées, à un apaisement sur la base d’un consensus national accepté par les différents segments de notre société.

Quoiqu’on puisse dire, les partis politiques, dont la fonction essentielle est la conquête du pouvoir, occupent une place centrale dans le dialogue politique à édifier. Il ne faut cependant pas commettre l’erreur de croire que les mécanismes de dévolution du pouvoir, les grands enjeux socio-économiques, de même que la définition des politiques publiques, ne concernent que la seule classe politique.

La société civile doit avoir son mot à dire, elle qui d’ailleurs, facilite souvent la mise en place des mécanismes de dialogue. Mais il faudra aller au-delà de l’élite, qui s’apparente souvent à une nomenklatura constituée d’experts de l’humanitaire, des droits humains, de l’intermédiation sociale, de la médiation politique et du processus électoral…

Il faudra, en effet, s’ouvrir aux différentes composantes de la Nation (religieux, patronat, travailleurs urbains et ruraux, ainsi que d’autres mouvements populaires), abstraction faite de leurs positions parfois ambiguës ou leur soutien tacite du pouvoir apériste.

Le fait de tenir le dialogue politique en dehors du Parlement est révélateur – au-delà de la crise universelle de la démocratie représentative – du déficit de représentativité et de légitimité de cette Institution, souvent à la remorque de l’Exécutif. Ces insuffisances se trouvent accentuées dans notre pays, par un mode de scrutin inéquitable, à dominante majoritaire, favorable aux grands partis et particulièrement au parti au pouvoir, qui jusque-là tend malheureusement à se confondre avec l’État central.

                                                                                   IBRAHIMA/SENEGAL7

laissez un commentaire