Dialogue politique : Macky va-t-il renoncer à son statut de chef de parti?

0

Parmi les questions qui doivent être débattues par les acteurs dans le cadre du dialogue politique, figure en bonne place : le statut du chef de l’opposition, le financement des partis politiques, mais également la lancinante problématique du chef de l’Etat de renoncer à son statut de chef de parti. Une des recommandations des assises nationales que Macky Sall, une fois chef de l’Etat a décidé d’appliquer. Mais, sept ans au pouvoir, rien ne fit.

Une des recommandations des assises nationales…

On ne peut pas accepter jusqu’en 2019 au Sénégal, que le président de la République continue à être chef de parti politique, à défendre des intérêts partisans.

Cette problématique a toujours été évoquée, sans cependant être appliquée. Après les assises nationales, de Wade à Macky Sall, elle n’a jamais été appliquée sous nos cieux.

Farouche opposant à Wade jusqu’en 2012, Macky Sall avait, avec l’opposition d’alors évoqué cette question, au point de demander à Wade, Président de la république de prendre les dispositions nécessaires, conformément à ce que lui confère la constitution de renoncer à son statut de chef de parti, c’est-à-dire de quitter la direction du Pds.

En tant que chef de l’Etat, Macky n’évoque plus la question…

A son arrivée à la Magistrature suprême, Macky Sall qui a décidé d’appliquer les recommandations des assisses nationales, n’a plus fait état de cette disposition, de ne plus être en même temps chef de l’Etat et chef de parti politique. D’ailleurs, il n’en parle même plus.

Ainsi, au Sénégal les sorties à relents politiques des chefs d’Etat posent le débat sur leurs doubles casquettes de président de la République et de chef de parti. Les gens ont du mal à comprendre certaines de ses sorties que leurs partisans mettent dans le compte de leur fonction de chef de parti.

Cette question est une exigence citoyenne, et doit être réglée une bonne fois pour toutes au cours de dialogue politique initié par le Président Sall.

Car, souvent, le niveau de débat de nos chefs d’Etats depuis Wade à Macky qui semblent parler au nom de leur parti au détriment de la mission qui leur est assignée. Quand vous entendez le Président de la République parler, vous dites finalement si c’est celui qui a été élu par le peuple ou un chef de parti politique. Cela pose une question de sécurité juridique.

Et Macky Sall qui dit être prêt à accepter tous les points consensuels au sortir du dialogue politique, doit appliquer cette disposition. Va-t-il le faire ? A la fin des travaux, le peuple souverain sera édifié. Sinon, Macky Sall donnera raison à Ousmane Sonko, qui qualifie le dialogue national d’une véritable mise en scène.
senegal7

Leave a comment