L'Actualité en Temps Réel

Discours incendiaires : La valse des transhumants

Dans la galaxie Benno Bokk Yakaar, il ne manque pas de thuriféraires qui font des pieds et des mains pour certainement mieux se faire remarquer par le Président Macky Sall. Et, plusieurs d’entre eux, sont des transhumants, qui, à une date récente, ne rataient aucune occasion pour se transformer en pourfendeurs du régime actuel. Après avoir fréquenté plusieurs formations politiques à défaut d’avoir quitté le navire libéral bien après l’arrivée au pouvoir du Président Macky Sall, ils avaient quasiment le même comportement auprès de Me Abdoulaye Wade.

En clair, ils ont été de ceux qui mettaient en avant des idées contraires aux bonnes mœurs politiques. Connus pour être des adeptes de la longue traversée du Serengeti, des transhumants sont aujourd’hui au-devant de la scène avec un langage que les «apéristes» et «bennoistes» de lait évitent en toute occasion et en toute circonstance. Et pour cause, ils versent dans des attaques démesurées dont le contenu dévoile une certaine radicalité du verbe. Mieux encore, ils sont les principaux défenseurs de toute idée d’une troisième candidature du Président Macky Sall en perspective de la présidentielle de février 2024.

Aliou Sow, un exemple parmi tant d’autres

Pourtant, dans un passé si proche, ils étaient vus et connus pour être des détracteurs du régime. C’est le cas d’Aliou Sow, actuel ministre de la culture et du patrimoine historique. Devenu défenseur attitré d’une troisième candidature, c’est bien lui, qui en mai 2021 «assommait» le Président Macky Sall. «« Je l’ai juste soutenu pour une élection à laquelle je n’ai pu prendre part, avec une préférence sur lui qui cherchait un dernier mandat face à ses adversaires». Il ajoutait : «Je le connaissais mieux et j’avais de meilleurs rapports avec lui. Nous avions échangé à plusieurs reprises sous diverses formes.

Et j’ai cru en sa sincérité et en sa détermination à faire de son dernier mandat un travail acharné et bien fait, de consolidation des acquis et de rectifications des erreurs et errements.» Aliou Sow défendait également, qu’«en bon Sénégalais, nos relations sont celles d’un petit-frère et son aîné. Ça s’arrête là. J’ai cessé tout contact avec lui. Avant nos relations étaient régulières sur des questions d’intérêt national. Maintenant mes idées sont au service du peuple directement sans détour.»

 

Et, c’est à cette date qu’il annonçait son départ de la coalition présidentielle pour combattre toute idée d’une troisième candidature et lutter pour la bonne gouvernance. Que dire de Me El Hadji Amadou Sall, ancien membre du Parti démocratique sénégalais qui défend contre vents et marées une troisième candidature ? Pourtant, c’est lui qui clamait que «Macky Sall veut limiter les candidats par la prison, l’exil et le parrainage.»

 

C’est aussi le cas de Farba Senghor, ancien «casseur» des journaux L’AS et 24 heures Chrono, ancien chargé de la propagande de la galaxie Wade, qui ne rate plus une seule occasion pour charger, tirer et défendre une troisième candidature. La liste est loin d’être exhaustive. Et, ce sont les mêmes qui essaient actuellement d’enfoncer le journaliste Pape Alé Niang en versant dans des diatribes où la manipulation est largement partagée…

 

A LIRE AUSSI : TRANSHUMANCE : BARA GAYE MENACE LES DÉPUTÉS DE L’OPPOSITION QUI VENDRONT LEUR DIGNITÉ

Avec Senegal7