Accueil Actualités Djibouti : le président Guelleh «décidera d’un cinquième mandat ou non… »

Djibouti : le président Guelleh «décidera d’un cinquième mandat ou non… »

Djibouti

Le temps n’est pas encore venu de parler d’un cinquième mandat selon le président de l’Assemblée nationale djiboutienne, Mohamed Ali Houmed. Le responsable met plutôt en avant les résultats du petit État dans la lutte contre la propagation du nouveau coronavirus et assure que Djibouti n’est pas laissé de côté dans les recompositions géopolitiques de la Corne de l’Afrique, note RFI.

Le petit État d’un million d’habitants dit avoir testé une part relativement conséquente de sa population (environ 6%). Ce chiffre expliquerait donc le nombre important de cas positifs à Djibouti (5 348, mardi soir).

À ce jour, 59 personnes sont décédées du Covid-19. « Nous avons mis en place une politique proactive », explique le président de l’Assemblée nationale, invité de RFI.

Le pays teste tous les voyageurs entrants à l’aéroport et ne les laisse entrer sur le territoire que lorsque le test se révèle négatif. Dans le cas contraire, ils sont mis en quatorzaine.

Le problème pourrait venir du fait que les autorités ne demandent pas aux voyageurs de se faire tester dans leur pays d’origine, avant leur arrivée sur le sol djiboutien.

Avec la période d’incubation du virus (quand le patient est contagieux mais asymptomatique) cela pourrait augmenter à terme les foyers de contamination. Selon Mohamed Ali Houmer, une réflexion est en cours même si son pays a d’abord privilégié les tests à l’arrivée.

À l’instar d’autres pays du continent, les prisons djiboutiennes ont été désengorgées face à la pandémie de SARS-Cov-2. La prison de Madobe, à Djibouti-ville, compte 400 détenus, dont le pilote de l’armée Fouad Youssouf Ali, qui a débuté une nouvelle grève de la faim récemment.

Il est accusé d’avoir tenté de voler un avion. Il avait tenté de demander l’asile en Éthiopie, mais a été arrêté et remis aux autorités djiboutiennes.

D’après le président de l’Assemblée nationale, il faut laisser la justice faire son travail « le plus sereinement possible et sans interférences quelconque ». Il accuse l’opposition de vouloir « instrumentaliser » l’affaire.

Assane SEYE-Senegal7

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici