L'Actualité en Temps Réel

Djibril Diaw : « Tous les ingrédients sont réunis pour qu’on puisse parler de terrorisme »

L’expert en sécurité privée, Djibril Diaw est dans son domaine de prédilection quand il consent analyser la question du terrorisme sous nos cieux sur les colonnes de l’Observateur.

Selon lui, il faut d’abord retourner à la définition du mot terroriste. Parce que le terrorisme est défini comme un ensemble d’actes de violences commis par une organisation ou un individu pour créer un climat d’insécurité, exercer un chantage sur un gouvernement satisfaire une haine à l’égard d’une communauté, d’un pays, d’un système.

Donc le terrorisme peut être le fait d’un individu ou un groupe non étatique en lutte contre un régime politique. Ce qui s’est passé la dernière fois, il ya eu des sabotages ;mais il n’ya pas eu de prise d’otage ou d’ « assassinat ».

Les gens se renvoient la balle en disant que certains manifestants  ont été tués par les forces de l’ordre. C’est ç dire du côté de l’Etat qui est détenteur de la puissance publique. Du côté de l’Etat aussi, on accuse les partisans du leader de Pastef, Ousmane Sonko, d’avoir orchestré ses morts.

Lors de ces manifestations, on a vu une violence inouïe et ça, c’est des caractéristiques du terrorisme. Donc, tous les ingrédients sont réunis pour qu’on puisse parler de terrorisme. Il faut donc replacer les choses dans leur contexte.

Ces discours sont alors expliqués par la montée e la violence dans les deux camps. Ils se rejettent la balle. Le pouvoir accuse l’opposition d’avoir utilisé des mécanismes pour déstabiliser le pays. Et ces mécanismes sont considérés comme des actes terroristes. Pour sa part, l’opposition accuse le pouvoir de terrorisme d’Etat.

Le terrorisme d’Etat consiste en l’exercice de la terreur par un Etat sur sa propre population comme méthode de gouvernance. Les partisans de Sonko se cachent derrières les restrictions des libertés pour parler de terrorisme. Il faut donc faire une lecture objective des deux discours pour en tirer toutes les conséquences.

Assane SEYE-Senegal7