L'Actualité en Temps Réel

Dommages collatéraux de leur panne : Faut-il porter plainte contre Facebook,WhatsApp et Instagram ?

Le monde était dans une bulle numérique qui en réalité n’aurait aucune garantie quant à son mode de fonctionnement. Les utilisateurs de Facebook,WhatsApp et Instagram se croyaient à l’abri des travers numériques, mais hier lundi 4 octobre 2021,ces réseaux sociaux nous ont démontrés qu’ils étaient  non fiables, précaires et parfois même dangereux pour nos divers intérêts qu’ils véhiculent.

Dans sa transversalité toute relative, l’environnement virtuel désigne l’ensemble des espaces numériques du cyberespace servant de terminaux de diffusion d’informations ou de prestation de services étendus : Internet,facebook,WhatsApp,Instagram, entre autres.

Ces différents canaux de diffusion procèdent d’un mode de fonctionnement virtuel dont la spécificité technologique consiste à opérer dans l’éventualité, l’envisageable, la probabilité où la conditionnalité. Mais avec la panne mondiale connue hier lundi par ces réseaux sociaux, une peur bleue s’est soudain  emparée de ses utilisateurs.

Incapables de vivre désormais sans ses réseaux sociaux,le monde se découvre précaire et adossé à une sorte de colonisation numérique, ça peut passer comme ça peut casser à tout moment. Et à défaut d’avoir d’autres alternatives, l’Afrique va inéluctablement sombrer dans le diktat du numérique.

Nombre d’internautes et d’utilisateurs se demandent s’il faut porter plainte contre ces réseaux sociaux qui nous ont causé hier des dommages collatéraux évalués à des milliards en argent et en  données perdues, bloquées ou suspendues. De toute évidence, les plaintes doivent suivre car ce qui s’est passé hier  mérite l’intervention de la justice mondiale. Facebook, WhatsApp er Instagram ont failli à leur mission hier et il n’y aura pas d’excuses pour eux !

Assane SEYE-Senegal7