Accueil Actualités Douloureux passage du « Pds » à la « Génération du Concret » : Archéologie d’un...

Douloureux passage du « Pds » à la « Génération du Concret » : Archéologie d’un choix dévoyé

Abdoulaye Et Karim Wade SenePlus COPYRIGHT 3

Au moment où le parti démocratique Sénégalais était porté sur les fonts baptismaux en 1974,Karim Meissa Wade n’était pas encore né. Mais hélas après 45 ans d’exercice politique, le parti du Pape du sopi étale toutes ses marques en se transmettant de père en fils. Ce qui est une violation flagrante du sigle et des textes du parti. A l’arrivée, le Pds apparait comme un parti familial où les militants et responsables de la première heure sont aujourd’hui supplantés par la philosophie de la « génération du concret ».

C’est le 31 juillet 1974 que le parti démocratique Sénégalais (Pds) a été fondé par le brillant avocat à l’époque, Me Abdoulaye Wade. Une sommité émérite au cursus exemplaire qui est aussi bien à l’aise en mathématique, en économie, qu’en Droit. Me Wade sera membre du réseau libéral Africain et de l’Internationale Libérale. A l’époque, le président Senghor avait autorisé quatre formations politique sur l’échiquier politique national et le Pds de Me Wade en faisait partie. C’était parti pour un opposant qui voulait coûte que coûte s’imposer devant un Senghor que le multipartisme ne chantait guère. Abdou Diouf hérita du pouvoir de Senghor en tant que Premier ministre et instaure en 1981 le multipartisme. En 1978,le Pds obtient 17 sièges à l’assemblée nationale lors des élections législatives de cette même année. En 1983,le parti décroche 8 sièges à l’hémicycle, en 1988,17 sièges, en 1993,27 sièges, en 1998,23 sièges, en 2001,89 sièges et en 2007,131 sièges, en 2012,12 sièges et enfin en 2017,19 sièges. Ce qui démontre en substance que le parti a évolué en dents de scie en ce qui concerne les échéances législatives qu’il a connues. Pour les scrutins présidentiels également, le parti a évolué en dents de scie jusqu’en 2000 qui a consacré la première alternance démocratique du Sénégal avec 969 332 des suffrages exprimés, soit 58,10% de l’électorat national. En 2007,Wade est encore plébiscité avec 55,90% des suffrages mais en 2012,avec 34,40% de l’électorat, il perd le pouvoir. Depuis lors, c’est la descente aux enfers d’un parti qui sera abandonné par bon nombre de ses militants et responsables qui ne peuvent s’accommoder dans l’opposition. On accusait le président Wade de vouloir transmettre le pouvoir à son fils Karim et ce soupçon qui n’est pas des moindres, aurait prestement contribué à la chute de son régime. Mais à défaut de réussir cette dévolution monarchique, Wade a choisi de procéder au douloureux passage du Pds à la « Génération du Concret ».C’est à dire, les rennes de son parti sont désormais détenus par les Karimistes n’en déplaise aux rebelles qui s’agitent de tous parts. Ainsi avec la mise sur pied d’un nouveau Secrétariat exécutif national (SEN),il se sépare trivialement de ses responsables de première heure au profit des souteneurs de son fils. En violation flagrante des statuts et règlements intérieurs d’un parti dont le concept de démocratie résonnait dans toutes ces instances politiques, le Pape du sopi a achevé la dévolution politique de ce qui l’appartient. Même si la « Génération du Concret « n’a rien de concret en termes politiques, désormais c’est Karim le maître à bord. Il s’agit pour n’importe quel militant de se soumettre à lui ou de se démettre. C’est aussi antidémocratique que cela. Voilà en substance l’archéologie d’un parti aux idéaux démocratiques mais aux pratiques foncièrement antidémocratiques.
Assane SEYE-Senegal7