Accueil Actualités Drogue et faux billets au Sénégal : Etre riche sans avoir à...

Drogue et faux billets au Sénégal : Etre riche sans avoir à rendre compte, demain

Il y aurait plusieurs façons de s’enrichir au Sénégal. Ou bien on passe par la voie normale en parfaite conformité avec la loi, ou alors on passe par l’autre voie qui consiste à verser dans des nébuleuses on ne peut plus dangereuses pour notre pays. En effet Dakar est transformé en plaque tournante du trafic de drogue mondialisé et c’est plusieurs milliards en faux billets qui y circulent aussi. La question aujourd’hui est de se demander qui sont ceux parrainent de telles activités délictuelles qui accablent notre pays ?

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent agir et qui refusent d’intervenir. En effet, cette maxime d’Albert Enstein sied bien au cas spécifique du Sénégal devenu un pays méconnaissable en raison de la récurrence des saisies de drogue évaluée à plus de 1000 milliards de FCFA au cours de cette dernière décennie, et de la circulation libre des faux billets de banque évalués également à plusieurs milliards de FCFA. Cette adversité est d’une gravité et d’une dangerosité telle pour notre pays qu’il urge d’en dégager quelques pistes de réflexion. Non seulement la drogue affecte la santé de notre jeunesse mais aussi et surtout, elle annihile tout effort de développement dans notre pays. Il en est de même des faux billets de banque dont la spécificité est de tuer virtuellement notre économie. Pourtant, il est du ressort de la toute puissance publique d’enrayer ses fléaux qui n’épargnent en réalité aucun pays du monde. Mais le plus cocasse dans ce cas qui concerne notre pays, c’est les disparitions d’une partie des saisies de cocaïne évaluées à plusieurs milliards de FCFA-cas de la cocaïne saisie par la marine en haute mer-, et des 52 millions de dollars en faux billets trouvés dans la malle arrière d’un député de la majorité. Deux cas d’école qui éclaboussent inexorablement les tenants du pouvoir et qui démontrent à suffisance qu’il y a une volonté manifeste de tiers hauts perchés de s’enrichir sans avoir à rendre compte demain. Car, il ne s’agira guère demain de relever des traçabilités de l’argent du contribuable. Loin s’en faut. Il n’y aura donc pas de chasse aux sorcières puisque d’un point de vue régalien, tout sera aux normes. Mais sur le plan national, c’est tout un pays et son économie qui seront détruits à jamais. Plongeant ainsi le peuple dans une pauvreté endémique. Mais comme ceux qui sont censés faire respecter la loi, violent impunément la loi, il faudra s’en tenir à cette maxime de Valery Giscard Destin pour laisser le temps faire son œuvre : « Il faudra laisser les choses mourir de leur propre poison ». Car, demain, il fera jour. Diantre !
Assane SEYE-Senegal7