L'Actualité en Temps Réel

Droit de retransmission Coupe du Monde: L’Etat ne cédera pas à cette pression absurde et puérile (Par A. Guèye)

Il n’est pas besoin d’être un expert pour le savoir. Les enjeux de la plus prestigieuse compétition du football à laquelle participera le Sénégal sont énormes. Ils suscitent naturellement un débat juridique passionnant et souvent passionné. Notamment sur la chaîne de télévision qui aura l’insigne et le redoutable honneur de faire vivre au peuple sénégalais les temps forts de la compétition par la magie du petit écran. L’acquisition officielle du graal par la Radiotélévision sénégalaise (Rts) a fait sortir de ses gongs le Directeur de E-Média invest.
Quoi de plus normal que de se faire entendre quand on se sent lésé. Toutefois, quand il s’agit de gagner ou de perde, il faut perdre et gagner dignement. Dans la déclaration liminaire qu’il a faite face à la presse hier, le directeur de E-Media déclare ne pas comprendre que « la Rts qui était éliminée de la course revienne avec les droits de retransmission de la Coupe du Monde« . De ce point de vue là, la Rts n’a rien à cirer car c’est la responsabilité de la structure contractante qui entièrement est engagée. Comble d’effronterie et de prétention, Mamadou Ibra Kane ne se gêne pas de faire étalage d’une suspicion de fraude de la Rts. N’est ce pas là une insulte à l’intelligence des sénégalais? Jamais de mémoire de sénégalais, l’on a entendu que la Rts est mêlée à des actes délictueux. L’insinuer avec une désinvolture manifeste ne peut que relever d’un cynisme injustifié.

Est-il besoin de rappeler que c’est parce que sa mission première et naturelle de service public fait qu’elle a toujours cherché et obtenu les moyens de sa politique. Elle n’a jamais été contrainte de quémander auprès de mécènes comme Tahirou Sarr pour s’acquitter du paiement de ses droits de retransmission.
Toujours dans ses fanfaronnades et élucubrations alambiquées, il mentionne que la « Rts constitue un danger pour la pluralité de la presse« . Voilà un jugement de valeur rédhibitoire, inélégant et bête que la concurrence ne saurait justifier. Quelle déduction hâtive et superficielle qui renseigne, à suffisance, sur le niveau bas de réflexion de MIK et de son caractère aigri. Le Sénégal a depuis longtemps dépassé très longtemps le stade de la pluralité de la presse.

Il voulait sans nul doute dire que la Rts gagne des marchés de publicité non pas en faussant les règles comme le souligne MIK mais bien par la qualité du travail qu’il fournit et son maillage du territoire national. Le doyen Magib Séne qui est un honnête homme n’a pas reçu de bonbon à la bouche pour se réjouir de la voie irréversible de la révolution empruntée par la Rts. Non Mamadou! Tu as tout faux, la Rts ne saurait, en aucune manière, être un danger pour la démocratie. Elle est plutôt un facteur vivifiant et fécondant de la démocratie. Elle n’a pas à recevoir de leçons de morale d’un parvenu qui s’ignore. La Rts qui est la mère des télévisions au propre comme au figuré n’est pas de cette catégorie de télévisions qui n’existent que pour amuser la galerie. Toujours dans son soliloque teintée d’une bonne dose de victimisation, MIK fait remarquer qu’ « un Etat responsable doit se soucier de son secteur privé. L’Etat doit réfléchir… Ce combat est un combat de tous« .
Il faut être d’une mauvaise foi ahurissante pour denier à l’Etat du Sénégal l’attention toute particulière qu’il accorde à sa presse privée. L’Aide à la presse et son indépendance dont elle use et abuse, le plus souvent au détriment de L’Etat, sont suffisantes pour attester que L’Etat du Sénégal se soucie bien du sort de la presse privée. Si Mamadou Ibra Kane et sa meute d’avocats sont convaincus d’être dans le droit au point de crier sur tous les toits que le Tribunal Arbitral du Sport va donner raison à E-Media, pourquoi envisager une solution de sortie de crise?

Faudrait-il rappeler, pour que nul n’en ignore, E-Media a signé un contrat avec un délai de paiement . Lors de la conférence de presse un des avocats a fait un aveu de taille: E-Media était dans l’impossibilité de payer : deux notices de défaut de paiement. Il n’y a pas besoin de notification quand on ne respectes pas le délai de payement (payement terms) inscrit sur le contrat FIFA. Un client de la SENELEC qui ne s’acquitte pas du paiement de sa facture d’électricité se voit coupé le courant au terme d’un délai fixé et sans aucune notification.

Sur cette affaire et après avoir été dénigrée par les dirigeants d’E-Media, la Rts n’est pas dans les dispositions de transiger.

La Rts a toujours acquis les droits depuis que la Télévision existe au Sénégal. EMEDIA n’a pas les droits. Ferme ta gueule ! TFM et SENTV ne font pas de bruit quand bien même elles auraient participé à la vente aux enchères. L’Etat ne cédera pas à cette pression absurde et puérile. En 2018, Mamoudou Ibra Kane avait entraîné la TFM dans ce jeu avec le même Saidou Kalidou, un illustre mercenaire des droits des média. Face à l’intransigeance de la RTS, la Tfm avait fini par lâcher du lest. Le moins que l’on puisse dire est qu’E-Média n’a pas les droits.

C’est l’Etat qui paye les salaires de ses employés. E-Media qui est en procès contre l’Agence suisse INFRONT pour n’avoir pas réglé la facture des droits EPL ( championnat anglais ), ne dispose pas de 700 millions pour payer à la FIFA. C’est cela la triste vérité. La paranoïa qui pousse son Directeur à faire dans la délation et la calomnie n’y changeront rien.

Abdoulaye Guèye
Journaliste Communicant