« D’une victoire africaine » (Par El Hadj H. Kassé)

« Il n’y a pas de honte à revendiquer nos propres victoires. La signature d’accords sur l’exportation de céréales et de produits agricoles via la Mer Noire par la Russie et l’Ukraine, sous les auspices du Président Erdogan et du Secrétaire général des Nations Unies, est un événement majeur dans cette conjoncture de guerre.

L’histoire retiendra l’action du Président en exercice de l’UA et chef d’Etat sénégalais, S.E.M. Macky Sall, dans le grand livre de cette crise russo-ukrainienne dont la dimension mondiale est incontestable. La Mission de l’Union Africaine qu’il a conduite à Sotchi et le dialogue direct avec son homologue russe, le 3 juin dernier, ont fortement pesé en faveur de ces accords.

Le fait est inédit d’une implication aussi manifeste, significative et efficace de la diplomatie africaine dans un dossier d’une telle ampleur.

Cette victoire renforce la position du Sénégal sur la scène internationale. Elle donne plus d’énergie et de puissance aux multiples combats du Président sénégalais pour la gouvernance politique et économique mondiale afin que l’Afrique sorte définitivement de ses multiples dépendances. Sans phraséologie vaine ni démagogie populiste, Macky Sall conduit ce combat avec pragmatisme, conscient du fait que la politique, surtout en matière de relations internationales, est une fine intelligence des rapports de force. Le contexte d’une mondialisation accentuée rend davantage nécessaire une bonne lecture des lignes pour une action informée en faveur des souverainetés économique, sanitaire, alimentaire et sécuritaire au cœur de la démarche du Président Sall. Il ne s’agit pas d’incantations. Il s’agit de sérénité, de responsabilité et d’efficacité pour hisser le l’Afrique au rang d’un pôle puissant dans un monde désormais fragmenté en blocs d’intérêts. Ce combat, le Président le porte au quotidien et sur toutes les plateformes où se décident la configuration des relations internationales : G7, G20, Sommets de l’Afrique et de ses partenaires, etc.

Notre pays et l’Afrique s’ouvrent ainsi à des partenariats « sans exclusion ni exclusive », comme le dit le Chef de l’Etat sénégalais. Les différents acteurs d’une panafricanité qui monte en puissance, pouvoirs publics, entrepreneurs, intellectuels, jeunes et femmes peuvent trouver, dans les chantiers ouverts par le Président Sall des lignes fermes pour de nouvelles vigueurs de l’idéal panafricain. »

El Hadj H. KASSÉ
Philosophe-Écrivain