Accueil Actualités Effondrement des collecteurs d’eaux usées de l’Onas : Un danger mortel pour...

Effondrement des collecteurs d’eaux usées de l’Onas : Un danger mortel pour la population de Dakar !

Conduite Onas

Une partie du collecteur des eaux usées de Dakar s’est effondrée et des milliers de dakarois sont menacés par le gaz shs. Voilà ce qu’on pourrait qualifier de l’information du jour, tant elle est grosse de danger pour toute la population dakaroise, particulièrement les habitants des 200 maisons et constructions situées entre Hlm, Bopp, Grand Dakar, Fann et la faculté de médecine de l’Ucad qui sont construites sur les tuyaux du collecteur et d’évacuation des eaux usées de Dakar. Le pire est à craindre, d’après le Dg de l’Onas, si les familles et la fac de médecine ne quittent pas ces endroits à risque. Le constat de l’affaissement des conduites s’est fait par une visite de terrain du Dg de l’Onas et son équipe, qui ont répertorié trois sites concernés: la conduite de Grand Yoff qui draine les eaux usées des cités Mourtada, Sud Foire, Sipres, Liberte 6 et Scat Urbam ; celle de Yoff Layene, qui partage une cause commune d’affaissement des conduites, dont la voie acheminant les eaux usées est obstruée du fait de la construction de bâtiments à usage d’habitation sur l’ouvrage. Interpellé sur la question, l’ingénieur, spécialiste en eau et assainissement Mbaye Babacar Diagne, tire la sonnette en prévenant des risques que courent ces populations vivant carrément sur le collecteur d’eaux usées de Dakar, puisque leurs maisons sont construites dessus. Le risque le plus grand que courent ces populations c’est le danger de mort, puisque exposées aux émissions de méthane, qui est un redoutable gaz à effet de serre et qui peut être mortel pour l’homme à fortes doses. Or, explique-t-il ce gaz peut sortir par n’importe quelle ouverture, que ce soit par les fosses septiques, une fissure ou même lors de travaux réalisés dans la maison. Le méthane étant un gaz hautement inflammable dont la production se fait par fermentation est difficilement contrôlable, imaginez ce qui pourrait se passer en cas de catastrophe. L’Onas a quand même pris des mesures conservatoires pour évacuer les eaux usées et éviter tout risque d’inondation dans ces zones, en renseignant que le montant des travaux de rénovation de ces différents ouvrages est estimé à une centaine de millions de FCFA.

Sénégal7/Senenews